AccueilPortailFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au porte de la cité d'Ambre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Au porte de la cité d'Ambre   Dim 8 Avr - 19:09

Précédent

Le soleil se lève..

Trois cavaliers galopent sur la voie pavée qui conduit à la porte du Couchant de La Cité d'Ambre. Ils longent sans s'en inquiéter la colonne des chariots qui entrent et sortent de la ville.

L'homme de tête, le visage dissimulé dans le capuchon de son ample manteau, arrète sa fier monture devant le poste de garde de la porte gardée par un peloton de 15 soldats lourdement armés. L'officier s'approche, attrape le licol et salut :
    - Capitaine Guénin. Qu'est-ce qui vous amène en la cité d'Ambre messeigneur ?

L'Archer se présente :
    - Lürn Loup-Gris, rôdeur de la Forêt profonde dans les marches d'Arden, au service du Prince Julian. J'escorte au palais ce seigneur et sa dame sur l'ordre du Roi Random.

Il se tourne vers Llewelyn :
    - La lettre monseigneur.
Revenir en haut Aller en bas
Llewelyn

avatar

Nombre de messages : 272
Localisation : Ambre
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
217/1000  (217/1000)

MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Lun 9 Avr - 1:25

Il suffisait à Mist, le cheval de Llewelyn, de plonger dans l'onde d'une rivière ou d'un plan d'eau à intervalle régulier (une fois par journée) pour recouvrer ses forces pour une nouvelle journée de chevauchée a un rythme soutenu.

La course du fier destrier couleur de nacre se coulait parfaitement sur les routes sinueuses des abords de la forêt d'Arden, puis à l'approche d'Ambre, dans un mouvement aussi fluide que de l'eau suivant le lit d'une rivière.

On dit que le cheval fait le cavalier, mais le prince rebman le dirige toujours avec une précision rare, dans une relation quasi symbiotique, et lorsqu'il chevauche ainsi, il y a peu de chose qui puisse l'atteindre, il se mure dans un silence froid.

Depuis deux jours maintenant, plusieurs faucons de l'espèce commune d'Arden devançaient le groupe d'une demi lieue, rapportant à Llewelyn, à chaque halte, les dangers potentiels du chemin ou l'avertissant en cas de danger immédiat.

Que ce soit d'autres groupes de rangers, ou quelques unes des créatures exotiques croisant parfois les lieux depuis la fin de la Guerre de la Marelle.

S'il ne disputait aucun titre à Julian en matière d'équitation, il avait fait ses preuves depuis bien longtemps avec divers types de monture, que cela court, vole ou nage, aussi cette balade n'avait en rien entamé son capital physique, à présent entièrement régénéré.

Il aurait pu abréger les souffrances de Semaëll, mais cela n'aurait rien eu de formateur, et il voulait l'endurcir un peu pour la préparer aux épreuves qui l'attendent.

Devenant l'ombre du maître archer, il ne quitte jamais pratiquement son dos, simple méfiance ou volonté de passer inaperçu pour des observateurs lointains.

Lorsque la Cité d'Ambre apparait enfin dans le soleil matinal, nimbée d'une lumière encore pâle qui va peu à peu reprendre de la vigueur, Llewelyn ne peut s'empêcher de ruminer de bien sombres pensées, sans pouvoir interrompre sa contemplation.


Son départ avait été plus que précipité, et de revoir soudainement le visage rougi par la colère du roi Oberon le chassant du palais, lui tord la bouche dans un sorte de rictus désagréable, il ne voulait pas d'un retour sous le masque du fugitif, il lui fallait établir de nouvelles bases dans sa relation avec la fière cité.

Rejetant sa capuche en arrière, Llewelyn se redresse légèrement, arborant à présent une attitude hautaine, et la morgue des princes, ses vêtements s'adaptent aussitôt au nouveau rôle qu'il entend jouer, gagnant en richesse et en élégance.

* Lürn Loup-Gris ?

Tiens donc, notre guide a bien finalement un nom ! *

Il observe les deux hommes d'un air inquisiteur.

* J'aurais cru que Julian se serait au moins déplacé pour voir ce qu'il en était, cet homme qui se dit son lieutenant ne l'a donc pas averti, ou son maître est occupé à de bien plus sombres affaires ?

Cela n'augure rien de bon dans le second cas, mais dans le premier cela rend ce Lürn bien plus avenant. *

A la demande du maître archer, il sort à nouveau le pli cacheté marqué du sceau du roi, pour que le capitaine puisse le voir, mais sans lui tendre le pli en question.

- Est il bien judicieux que les mots du roi soient connus de tous ?

Je doute en ce cas que le souverain ait pris la peine de cacheter ce pli, et de me le faire remettre en main propre par le chevalier Oblivion !

Si celui ci est présent parmi vous, qu'on le fasse chercher, il pourra ainsi attester de la réussite de sa mission... sinon vous vous contenterez d'annoncer au roi l'arrivée du prince Llewelyn !


[Son regard croise celui du capitaine Guénin et ses paroles ont soudain valeur d'ordre]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voiledisis.com/forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Lun 9 Avr - 4:24

Le capitaine de la porte du Levant fait un grand geste à l'adresse de ces hommes et laisse passer les trois cavaliers.

Des gardes ouvrent le huis bardé de la poterne réservée aux messagers. Les nouveaux arrivants passent sous une arche de pierre richement scultée pour pénétrer dans la cité, sans être géné par les chariots qui s'engouffrent dans l'entrée principale.


Dernière édition par le Mar 17 Avr - 19:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Llewelyn

avatar

Nombre de messages : 272
Localisation : Ambre
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
217/1000  (217/1000)

MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Lun 9 Avr - 8:53

* Nous y voilà enfin ! *

L'attente fut longue, mais le temps pour Llewelyn de s'avancer à nouveau à visage découvert dans la Cité d'Ambre est enfin venu.

Il se tourne vers Semaëll, qui cache difficilement la fascination qu'exerce sur elle ce premier contact avec la cité éternelle depuis la fin de sa captivité.

S'adressant à Lürn Loup-Gris sur un ton entendu, il tance un peu la jeune fille.


- Je crains que si ma jeune apprentie ne garde les yeux ouverts, ils ne lui serviront pas à grand chose pour éviter les dangers d'une cité telle que celle ci, si vivante, et où on a si vite fait de perdre sa bourse ou de prendre un mauvais coup, si l'on n'y prête attention.

Pouvez vous messire Lürn, une fois encore me seconder dans cette tâche, au moins jusqu'à ce que la garde du chateau prenne le relais pour assurer notre protection ?

Si mes souvenirs sont bons, il y a par là bas quelques venelles à éviter.


Il désigne d'un signe de la tête, la bande de cinq à six solides gaillards en quête d'un mauvais coup, et qui semblent porter à la jeune fille une attention des plus déplacée.

* Il ne faudrait pas que nos plans aient été éventé... *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voiledisis.com/forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Lun 9 Avr - 15:41

La cité d’Ambre est une forteresse, coincée entre la vallée du Garnath, le mont Kolvir, la rivière Oisen et la Mer. Elle grimpe sur sept niveaux, fortifiés derrière de monumentaux remparts de pierre, sur les contreforts escarpés de la montagne, de telle manière que chaque porte permettant d'accéder à un niveau est orientée d'une façon différente à celle du niveau inférieur (orientées Est ou Ouest selon). La Porte du Couchant, tournée vers la vallée de Garnath, est la plus basse. La Cité est réputée imprenable.

Au petit matin, les trois cavaliers pénètrent, au pas, dans les artères pavées, déjà bondées, du premier niveau du Sarment Ouest, le quartier de la bourgeoisie marchande d'Ambre.
En s'élevant dans les niveaux, les demeures se serrent de moins en moins à mesure que les jardins s'agrandissent de plus en plus. Au plus bas niveau, les maisons modestes, à colombage, aux murs de torchis blanchis à la chaux, sont collées les unes contre les autres. D'étroites et sombres venelles s'insinuent, entre les batisses, au coeur du quartier, formant un labyrinthe inextricable.



Lürn répond tout en se concentrant sur les dangers potentiels qui pourraient les menacer :
    - Je suis à vos ordres monseigneur.

Ce n'est pas tant les tire-laines ou les coupe-jarrets qui pullulent dans toute ville digne de ce nom qui inquiète l'Archer. Monté, se déplaçant par les grandes artères, le voleur qui s'en prendrait à eux aurait perdu l'esprit et ne représenterait pas un grand danger. Lürn pense plutôt à un attentat ou une embuscade bien préparée, préméditée par un de ces seigneurs d'Ambre si vindicatifs qui aurait quelques griefs contre le prince Llewelyn ou sa protégée. Avec l'instinct du garde du corps expérimenté, il analyse, avec attention, toutes les dimensions de l'environnement afin de prévenir tout danger, naturel et surnaturel. Il trace machinalement les retraites possibles et trouve les positions stratégiques nécessaires à une éventuelle défense.

Les trois cavaliers avancent dans la foule qui s'écarte respectueusement sur leur passage...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Lun 9 Avr - 18:31

La troupe poursuit son chemin en remontant vers le château d'Ambre dont les impressionnantes tours surplombent haut dans le ciel d'azur la cité. Avançant dans une rue importante d'Ambre où la bonne comme la pauvre gens s'écarte pour laisser place, Lürn Loup-Gris remarque une ruelle adjacente, plus sombre qu’il connaît pour sa mauvaise réputation. La lumière du jour elle-même ne s'y aventure d'ailleurs franchement jamais... D'un coup d'oeil furtif, Lürn a le temps de remarquer, qui les salue protocolairement de mouvements de son chapeau, un homme de grande stature, dont les longs cheveux de platine encadrent un visage grave et ravagé de cicatrices, un genou au sol, l’épée au fourreau dépassant de sa lourde cape.

Le regard de l'homme reste baissé, et si son air est apaisé, ses lèvres bredouillent quelque chose tandis que la troupe avance.

*Des hommes du loyal prince Julian…*

Lürn a juste le temps de remarquer le corps de deux hommes étendus plus loin dans la ruelle obscure. L'un d'eux serre encore une arbalète ; le cauchemar est terminé pour eux.
Llewellyn et Semaëll ont bien remarqué le froncement de sourcil de leur guide, trop tard. D’autant qu’il y a du monde en cette belle matinée. Lürn ralentit néanmoins sa monture pour lui faire faire un pas en arrière. La rue se prête mal à ce genre d’exercice et lorsque, prêt à dégainer, ses pupilles s’engouffrent à nouveau avec prudence dans la ruelle, l’homme est à l'autre bout de la rue qui s'enfuit, tandis que des enfants dépouillent déjà les deux corps.


Dernière édition par le Lun 9 Avr - 22:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Llewelyn

avatar

Nombre de messages : 272
Localisation : Ambre
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
217/1000  (217/1000)

MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Lun 9 Avr - 22:31

* Par les sabots de la Licorne ! *

A ses côtés Sygillyn vibre à peine, signe que le danger est écarté, si danger il y avait !

Mais cela a renforcé d'autant la curiosité de Llewelyn pour cette si étrange et si efficace apparition.

Il se dresse sur son cheval et siffle pour rappeler à lui les deux derniers faucons qu'il lui reste, d'un bras tendu le prince rebman leur désigne la venelle.

[Ces faucons ont maintenant en tête la fugitive description de l'homme qu'il leur a transmise par contact psychique, il se peut que cela soit cependant insuffisant]

Ceux ci prennent leur envol en quête de l'homme au visage couturé.

S'adressant à Lürn.

- L'un de vos amis ?

Désignant les corps en train de se faire dépouiller.

- Ils avaient des arbalètes !

Puis à Semaëll.

- Judith soyez sur vos gardes, notre subterfuge n'a peut être pas fonctionné, et nous sommes peut être attendu par quelqu'un d'autre que le roi !


Dernière édition par le Mar 10 Avr - 2:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voiledisis.com/forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Lun 9 Avr - 23:12

Lürn dirige avec adresse sa monture vers la bouche de la venelle et descend rapidement de cheval au niveau des enfants qui dépouillent les corps des deux spadassins.
Il les disperse d'un geste avant qu'ils aient temps de s'accaparer quoi que ce soit . Terrifiés, les gamins s'enfuit devant le grand homme encapuchonné.

L'Archer inspecte les corps avec efficacité ne laissant aucun indice de coté et sans relacher sa vigilance sur les alentours.
Il relève les marques d'appartenance à une guilde, à une cotterie et à une fratterie d'assassins. Il s'empare de tous les menus objets que portaient les deux hommes qu'il glisse, avec l'adresse d'un tire-laine, dans son sac en bandoulière sous son manteau.

Il se relève et attrape le licol de son cheval qui n'a pas bougé. Il s'approche de Llewelyn et répond enfin :



    - Non je ne le connais pas monseigneur. Quant à ceux-là, ce sont des professionnels et ils étaient embusqués pour l'un de nous.
Revenir en haut Aller en bas
Llewelyn

avatar

Nombre de messages : 272
Localisation : Ambre
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
217/1000  (217/1000)

MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Lun 9 Avr - 23:54

Llewelyn lève les yeux au ciel pour voir si ses faucons ont pu retrouver l'intervenant, mais leur vol en large cercle n'est pas pour le moment un gage de réussite, il n'a fait qu'entrevoir le bretteur, cela s'est sans doute révélé insuffisant...

Obligeant le cheval de Semaëll à gagner l'entrée de la venelle pour pouvoir couvrir ses arrières au besoin, Llewelyn descend à son tour et rejoint l'archer, s'interrogeant à voix haute sur la scène qui vient de se produire.

- Deux hommes, avec des arbalètes, constitueraient plus sûrement une menace mortelle pour une jeune fille blessée et complétement perdue, avec la Cité d'Ambre comme seul point de chute probable.

Llewelyn disposait de quelques atouts dans ses manches, dont certains devaient être à présent connus de ses ennemis, aussi une telle attaque n'aurait aucune chance d'aboutir contre lui sans un renfort plus conséquent, et le rapport numérique en leur faveur, avec la présence d'un troisième homme inconnu d'eux, invalide bien des hypothèses.

A voix basse.

- Il s'agit sans doute d'une menace résiduelle consécutive aux déboires de ma jeune apprentie, mais nous apprenons là, si nous en doutions encore, que notre ennemi a le bras suffisamment long pour agir au coeur même de la Cité d'Ambre.

Il nous faudrait en savoir plus sur cette confrèrie, mais je crains que le roi ne s'impatiente alors, si nous nous en chargeons nous même ?

Même si j'ai encore quelques soutiens qui pourraient nous être utile, la basse ville et ces quartiers mal famés ne sont pas vraiment un milieu dans lequel ils évoluent habituellement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voiledisis.com/forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Mar 10 Avr - 1:46

Lürn remonte à cheval avec agilité et flatte l'animal. Il jette un coup d'oeil circulaire puis, sans cesser de faire un diagnostique de la situation, il dit :
    - Avec votre permission, monseigneur, vous serez plus en sécurité au palais. Je pense que le Roi Random ou le sénéchal Caine ne manqueront pas d'ordonner une enquête sur cet affaire dès qu'ils en seront informés.

L'Archer attend patiemment la décision de Llewelyn, sans relâcher sa vigilance.
Revenir en haut Aller en bas
Llewelyn

avatar

Nombre de messages : 272
Localisation : Ambre
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
217/1000  (217/1000)

MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Mar 10 Avr - 2:11

Llewelyn parait se ranger à l'avis de Lürn et se remet en selle.

- Vous avez sans doute raison !

* Caine ce fourbe maudit ! *

Même si le fait de mêler le prince Caine dans cette affaire n'a pas l'air de réjouir le prince rebman, sans doute à cause d'un ancien contentieux, le sénéchal n'a pas la réputation d'être très prévenant ?

Chacun se remet donc en route.

Mais alors que Llewelyn observe discrétement Semaëll, étrangement silencieuse depuis leur arrivée dans la cité, l'un de ses deux faucons revient se percher sur son épaule droite, dodelinant de la tête, il attrape la souris vivante qui vient d'apparaître dans la main de son maître, la crochant de ses serres avant de reprendre son vol pour déguster la récompense de son travail, sur les hauteurs d'une tour délabrée des environs.

Llewelyn s'approche de Lürn sans quitter des yeux la jeune fille.


- L'homme en question a été repéré comme entrant dans un batiment à la lisière de deux quartiers, probablement une auberge ?

Je serais assez d'avis, pour ma part, d'aller remercier cet homme avant qu'il ne disparaisse pour de bon...


* L'altruisme étant une vertu si peu pratiquée de nos jours *

... et que s'il ne s'agit pas d'un nouveau piège, il pourrait nous en dire un peu plus sur les commanditaires de cette embuscade ?

Mes connaisances d'Ambre datant un peu, je me fie entierement à votre jugement quand à ce qui concerne la manière la plus sûre d'approcher des lieux, cette partie de la basse ville paraissant avoir bien grandi depuis mon départ !


[Llewelyn a pu capter la vision de son espion aérien, il peut donc guider le groupe sans l'aide de l'oiseau, mais en devant ajuster le parcours à vol d'oiseau du chemin au sol, son attention risque d'être quelque peu accaparée par cette tâche]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voiledisis.com/forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Mar 10 Avr - 3:23

Lürn répond sans regarder Llewelyn, inspectant les toits, les rues et les soupirails environnants :
    - Comme vous voudrez monseigneur. Entre deux quartiers, la plus proche d'ici, je ne vois que l'Auberge des Bonnets Rouge.

Il reprend les rennes de sa monture et, d'un geste du talon, la fait avancer au pas .
Revenir en haut Aller en bas
Llewelyn

avatar

Nombre de messages : 272
Localisation : Ambre
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
217/1000  (217/1000)

MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Mar 10 Avr - 8:11

Llewelyn se concentre un instant, mais rien dans ce qu'il voit dans sa vision ne lui est d'une quelconque utilité pour confirmer ou infirmer ce fait.

Il hausse les épaules.


- Va pour l'Auberge des Bonnets Rouge !

Semaëll la main crispée sur le pommeau de son épée n'a pas besoin que Llewelyn en rajoute, elle a compris cette fois ci, et fera attention.

* Est elle vraiment prête à tuer s'il le fallait ? *

Détournant son regard inquisiteur, le prince rebman rabat la capuche de son manteau sur sa tête, et ses habits perdent de leur éclat pour se fondre davantage dans le paysage, même son cheval a pris le terne des flaques d'eau sur les pavets comme couleur dominante.

Si des récriminations s'élèvent de la lame à ses côtés, il est bien le seul à pouvoir les entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voiledisis.com/forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Mar 10 Avr - 10:56

Dans Sarments Ouest, lorsqu'on va à la rue Quatre Fers, c'est généralement pour y trouver du monde ou passer du bon temps. Une autre de ses particularités : les commerçants y vantent bruyamment sur le pavé les mérites de leurs produits, qui de ses essences, qui de ses tissus "exceptionnels", en faisant des rimes improbables.

Après quelques minutes, voici que la troupe parvient en vue de "l'Auberge des bonnets rouges", un établissement flambant neuf dont l'activité déborde sur la rue. De nombreuses personnes entrent et sortent, les uns plus braillards que les autres, sous le regard bienveillant de trois soldats postés à l'extérieur. L'enseigne de l'Auberge se balance à toute vitesse sous les vibrations des pas qui frappent le plancher.
Le batiment comprend trois niveaux, sans compter les toits. Au dessus de la terrasse du premier où s'attablent quelques uns, on devine derrière le carreau des étages supérieurs des chambres occupées de marchands et de colporteurs, de voyageurs endormis venus d'horizons lointains, de jeunes femmes offrant monts et merveilles, de négociants affairés des heures durant à discuter leurs intérêts, de joueurs de cartes silencieux et calculateurs, et bien sûr des pires soiffards du quartier, perdus dans les couloirs de l'établissement.
L'on entend justement au rez-de chaussée des applaudissement et sifflets s'élever pour encourager un musicien qui compte mettre un peu d'harmonie. Autant dire que l'auberge grouille.

Alors que la troupe s'approche, ils remarquent l'homme en armure qu'ils ont aperçu peu auparavant, appuyé dans l'embrasure de la porte et se tenant le menton l'air songeur. Regarde-t-il le ménestrel ? Non il regarde au delà, plongé dans une réflexion abyssale. Son air est grave et malgré une santé certaine, l'homme est d'âge plus que mûr, en attestent les anciennes balafres de son visage, souvenirs de nombreux conflits. Par la fenètre, le soleil joue avec les reflets voluptueux de sa longue cape poupre, et l'on devine que si l'habit ne fait pas l'auguste, le personnage est de noblesse sinon de sang, du moins d'esprit.

Il ne semble pas avoir vu approcher la troupe, mais sursaute avant de relâcher avec un sourire forcé la main d'un enfant qui allait puiser dans sa bourse. Après un regard dans la salle, il semble qu'il va se diriger vers le bonnet rouge de l'aubergiste qu'on aperçoit en fond.

*Aucun prince ambrien ne devrait s'abaisser à rentrer dans ce genre d'établissement, et je devrais en faire autant. Il faut que je trouve un autre moyen où l'on finira par m'attendre ici...*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Mar 10 Avr - 20:46

Lürn arrète sa monture au milieu de la rue bondée, légèrement en retrait de Llewelyn, au coté de Semaëll.
Il garde une vue d'ensemble de la zone sous un oeil circonspect, prêt à réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Llewelyn

avatar

Nombre de messages : 272
Localisation : Ambre
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
217/1000  (217/1000)

MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Mer 11 Avr - 0:10

Llewelyn s'apprête à descendre de sa monture, et s'adresse à Lürn.

- Vous en pensez quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voiledisis.com/forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Mer 11 Avr - 1:49

Lürn pose ses deux mains, qui tiennent les rênes, croisés sur le pommeau de sa selle et réajuste sa position.
    - Si vous me demandez monseigneur, je vous réponderai que le bonhomme ne m'inspire pas plus confiance que le soit disant attentat dont il nous aurait sauvé. Je pense que vous seriez plus en sécurité au palais. Mais par nature je suis méfiant et si vous souhaitez en savoir davantage, il est celui qui pourra vous en dire le plus pour le moment.

L'Archer maîtrise maintenant les lieux et se sent plus à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Llewelyn

avatar

Nombre de messages : 272
Localisation : Ambre
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
217/1000  (217/1000)

MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Mer 11 Avr - 2:21

- C'est aussi ce que je pense, mais il faut que nous en ayons le coeur net, protégez Judith au besoin !

Llewelyn descend de sa monture et se dirige résolument vers l'entrée de l'auberge, la main sur le pommeau de son épée, un dernier et rapide coup d'oeil sur les toits et sur les côtés, et il entre.

Planté un court instant sur le perron de la taverne, la capuche toujours sur son visage, il prend la température des lieux et finit par se diriger vers le comptoir, recherchant du regard leur inespéré allié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voiledisis.com/forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Mer 11 Avr - 14:19

Lürn reste à cheval, au coté de Semaëll, devant la porte de l'Auberge des Bonnets Rouges et observe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Mer 11 Avr - 17:30

Assis en fond de salle, près d'un comptoir bondé, l'homme à la cape rouge écoute distraitement le ménestrel. Ce dernier loue sur un ton ironique les bonnes moeurs du temps jadis. Assurément c'est un piètre artiste auquel le seul don qu'on puisse reconnaître est celui de faire douter son auditoire. D'ailleurs est-ce un musicien ou un drôle ?

Mais l'homme à la cape n'a pas l'air d'écouter. Il n'a pas remarqué qu'un homme encapuchonné s'était mêlé à la foule et avançait dans la salle. Au même moment, un borgne mal rasé passe, secoue la tête en signe de négation, et pose avec précaution un objet métallique sur la table avant de s'éloigner de l'homme à la cape qui le regarde, imperturbable.

*Affaire bouclée jusqu'à nouvel ordre... C'est étrange, je pressens que le symbole de cette clé ouvre plus de porte que l'instrument lui-même... Il y a tellement de temps que je n'ai pas franchi les portes de l'Horizon du Serpent*

En serrant ses mâchoires, Bedwyr se noie imperceptiblement dans son activité chimérique habituelle tout en grattant nerveusement la table avec la clé.
Revenir en haut Aller en bas
Llewelyn

avatar

Nombre de messages : 272
Localisation : Ambre
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
217/1000  (217/1000)

MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Mer 11 Avr - 23:21

L'homme encapuchonné qui n'a rien perdu de la scène s'avance résolument vers l'homme à la cape rouge, il tient deux choppes d'une bière ambrée de qualité qui n'est pas servie dans ces lieux, une manière somme toute assez plaisante de faire connaissance, et qui limitait sans doute volontairement toute possibilité d'agression immédiate.

Llewelyn pose la choppe sur la table, et s'asseoit en face de l'intriguant.

- Vous l'avez bien mérité, votre course a failli perdre mes faucons !

Malgré la capuche toujours sur son visage, l'intensité de son regard allant du jade à l'émeraude, et le teint hâlé de son visage, ainsi qu'une mèche couleur de jade s'échappant sur son front, dévoile un peu de la singularité du personnage.

L'épée dorée qui bat son flanc gauche parait gémir, mais peut être est ce là plutôt un bruit résiduel produit par les rires gras du musicien aviné sur la scène ?

- Vous devez savoir qui je suis, sinon vous n'auriez pas empêché cette embuscade, mais en revanche, j'ignore tout de vous !

Qui dois je donc remercier pour cette si efficace intervention ?


Le jeune homme porte un toast silencieux et entame un peu sa bière, cherchant à percer les pensées superficielles de l'inconnu, il croit bon d'ajouter, mais sur un ton dès plus courtois.

- Inutile d'essayer de vous enfuir à nouveau, mon ami l'archer se tient prêt à tout moment à faire la démonstration de son talent en la matière... si vous veniez à quitter cette auberge sans ma permission.

Le demi sourire qu'il arbore ne rassure en rien son interlocuteur, l'homme qui s'adresse à lui à les manières d'une prince de sang, mais se montre également très curieux de voir comment la rencontre va tourner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voiledisis.com/forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Jeu 12 Avr - 12:22

Manifestement surpris, Bedwyr lève la tête et recule son siège. Sa main passe rapidement au dessus du pommeau de son épée, le temps d'un coup d'oeil. Voyant que la personne qui s'adresse à lui fait preuve de courtoisie, il reprend une posture apaisée et dévisage une seconde son interlocuteur, focalisant son attention sur quelques détails, à la manière d'un peintre qui rassemblerait l'ensemble d'un portrait en quelques coups de pinceau.

L'homme à la cape rouge semble plus âgé de près et son regard clair a quelque chose de terne. Quelques pierres précieuses ornent le gant qu'il a posé sur la table, et que deux mioches proches, feignant d'écouter la musique, convoitent.

Les paroles de Bedwyr sont prononcées avec des sonorités mélodieuses, ce qui contraste avec l'aspect de son visage, et un accent singulier mais agréable. Il déclare solennellement et à voix basse :
- Bedwyr B'Dridans des... Mais je manque à tous mes devoirs : prenez un siège messire et excusez-moi de ne point vous saluer comme il se doit, je ne voudrais pas vous faire remarquer...
C'est bien aimable à vous de me remercier, jusqu'à votre arrivée je ne savais pas grand chose de l'intérêt que pouvait avoir eu mon geste. Car voyez-vous, je n'ai fait qu'aveuglément mon devoir en punissant deux lascars qui avaient sournoisement mijoté un plan contre "le Prince". Or comme les princes de la Cité sont des gens fort remarquables et qui ne doivent pas mettre en jeu leur altière existence dans de si vilains traquenards, je me suis dévoué, sans grand effort somme toute. Il restait peu de temps avant d'agir et je n'ai eu d'autre choix que de les toucher mortellement les malheureux. Un de leurs acolytes était absent qui devait guetter votre arrivée. Gageons que je mettrai la main dessus prochainement.


Bedwyr n'a pas encore touché au verre posé sur la table, et se contente de terminer lentement celui qu'il avait déjà commandé. Son regard porte sur la lame dorée...
Ayez l'assurance que je ne compte point m'enfuir, sinon pour 'nous' éviter de supporter encore cette ambiance. Mais permettez-moi s'il vous plaît d'entendre le nom de la si noble personne que j'ai pu servir dans mon action.

Tout en scrutant le regard de l'homme encapuchonné, il fait tourner une clé massive qu'il a en main. Le symbole qu'elle porte est évident : il s'agit d'un arbre que trois étoiles surplombent... Bedwyr attend une réaction...
Revenir en haut Aller en bas
Llewelyn

avatar

Nombre de messages : 272
Localisation : Ambre
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
217/1000  (217/1000)

MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Jeu 12 Avr - 14:40

[HRP : Llewelyn a déjà été confronté aux Cours du Chaos sur une Ombre lointaine durant la Guerre de la Marelle, y a t'il une possibilité pour que ce que représente la clé puisse lui être d'une quelconque manière connu ?]

Llewelyn dévisage son interlocuteur mais par touche succinte, sans vouloir se montrer trop invasif, mais son regard parfois dur semble capable de discerner la vérité du mensonge.

Bedwyr ignore à quelles conclusions, l'homme assis en face de lui en est arrivé ?


- Ainsi vous ignorez les commanditaires de cette embuscade ?

Il fronce les sourcils.

- Je suis le prince Llewelyn de Rebma, et si votre emploi du temps vous le permet, j'aimerais vous proposer quelque chose ?

Je suis attendu au palais, et je ne peux pas trop m'attarder ici, aussi si vous pouviez retrouver pour moi le troisième homme et en apprendre un peu plus sur qui se cache derrière ces assassins profesionnels, je vous en serais très reconnaissant.

Vous n'aurez qu'à me faire part de vos découvertes au cours de la soirée, vous serez mon invité à l'une des meilleures tables de la Cité !


Llewelyn fouille sa besace de cuir, au côté droit, et en extrait une carte le représentant [si Bedwyr sait de quoi il s'agit, c'est un Atout], et la lui tend.

- Je sens en vous bien des potentiels, et je vous crois capable de vous servir de ceci, il vous suffira de vous concentrer sur l'image en cas de besoin ou si vous apprenez quelque chose d'important avant le dîner de ce soir...

Le prince rebman se lève et s'apprête à quitter les lieux, puis sur un ton affable, mais cherchant à l'avertir de désagréments possible et futur.

- Prenez garde à vous.


Dernière édition par le Jeu 12 Avr - 22:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voiledisis.com/forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Jeu 12 Avr - 16:00

(Le symbole lui est inconnu...)

Avec une très légère grimace, et un regard toujours très froid, Bedwyr fait un signe de tête poli
Je ne comptais pas partir de si tôt d'Ambre qui est une splendide cité, mais sait-on jamais... Cela fait longtemps que j'en entends parler... Et puis, j'ai tellement ouï dire des princes d'Ambre, que je ferai mon possible pour être votre créditeur, prince Llewelyn.

Puis avec un sourire courtois, Bedwyr prend l'atout comprenant parfaitement ce dont il s'agit. Il serre les lèvres aux derniers mots de Llewelyn, et propose poliment en se levant à son tour :
Je comptais sortir d'ici moi aussi et regagner mes appartement. Puis-je vous raccompagner jusqu'à la sortie ? Les gens ont bu ici et je m'en voudrais de vous laisser batailler avec eux...
Revenir en haut Aller en bas
Llewelyn

avatar

Nombre de messages : 272
Localisation : Ambre
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
217/1000  (217/1000)

MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   Jeu 12 Avr - 22:19

Le prince sourit, apparemment il ne pense pas pouvoir être importuné par ces gens, malgré sa carrure plutôt moyenne, mais est ce vraiment de l'arrogance ?

Il vide sa choppe d'un trait et la repose délicatement sur la table, puis invite Bedwyr à le suivre.

- Allons y donc...

Bedwyr constate qu'il n'a aucun mal à écarter les géneurs d'un simple regard ou d'une main ferme, des gens trop saoûl, deux fois plus lourd que lui sans aucune difficulté apparente.

Une fois dehors, il fait un signe d'apaisement en direction de Lürn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voiledisis.com/forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au porte de la cité d'Ambre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au porte de la cité d'Ambre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Annon-in-Gelydh, la Porte des Noldor, cité de Dor-Lòmin
» Ambre Nocis(Serdaigle)
» La porte d'Améthyste [libre]
» Porte étendard orque
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les princes d'Ambre (Forum RPG) :: La cour d'Ambre :: La Cité d'Ambre-
Sauter vers: