AccueilPortailFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pendant ce temps dans les cuisines...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sire Planchapain

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : cuisines
Date d'inscription : 01/06/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Pendant ce temps dans les cuisines...   Sam 2 Juin - 17:08

Cela faisait deux heures que le choc rythmé d’une jambe de bois hantait les couloirs obscurs du palais…

Sire Planchapain, maugréant dans sa barbe, avait passé devant tant de pièces diverses, tant de portes poussiéreuses, tant de vieilles armures et de miroirs au teint désincrusté, que sa face était constipée de rage. Les impressionnants gargouillements plaintifs de son bide raisonnaient d’un écho lugubre dans le labyrinthe de couloirs.



*Ambre ! Je t’en foutr..s de la cité immortelle et du palais merveilleux! Un ramassis de vieilleries oui ! Et ces f…us cuisines ! Les cuisines c’est habituellement placé à côté de la salle à manger ! Et ici, pas moyen de trouver une salle à manger !*



Il avait traversé la forteresse de part en part, était entré dans une salle pleine de nobles emplumés qui lui avaient jeté des regards hautains. Il avait même croisé un vieux sénile affublé d’un chapeau étoilé, bondissant à cloche-pied en disant : je suis la marelle ! Poils aux bretelles ! et chantant La marelle… maquerelle a le c.l qui pèle ! Ce fou lui avait tiré la barbe avant de disparaître comme l’intelligence sur la face d’un comptable.

Ca le mettait en boule. Il avait envie de trouver le gérant du lieu et de lui apprendre l’hospitalité.

Mais, ayant passé sa fureur sur un garde éberlué, il avait pu glaner les informations précieuses qui lui avaient enfin permis de s’orienter vers un lieu où se restaurer.



Le ravissement dont il fut la proie lors de son arrivée à la cantina fut tel qu’il en oublia sa fureur. Parvenant dans un vaste espace où des cuisiniers pliaient sous des plats remplis de victuailles, où des sangliers entiers grésillaient harmonieusement dans d’immenses fours, il se faufila, l’air de rien, au milieu de toute cette activité.

Avisant d’un air connaisseur une belle miche de pain, il attrapa discrètement un des énormes jambons mis à fumer dans une cheminée.

Son bonheur n’était cependant pas complet. Fronçant ses épais sourcils, il subtilisa une bouteille bien en évidence.



- Aaaah ! du vin !



Goûtant le jus d’octobre, il songea que les vignerons du coin n’étaient que des gâte-sauces sans vergogne jusqu’à ce qu’une voix aigue s’élève derrière lui :



- Elvis ! Où as-tu mis le vinaigre !



Honteux, mais toujours fier, il reposa l’ignoble mixture à sa place et arrêta un garçon qui passait par là, un plateau chargé de victuailles odorantes à la main. Il interpella le garçon et lui fit remarquer que ses lacets étaient défaits. Le temps que mit ce dernier a observer longuement ses chausses en réfléchissant à ce qu’était un « lacet », le plateau était démuni d’un grand cru du cru. Lorgnant la couche de poussière recouvrant le verre imparfait et l’étiquette à demi effacée, Planchapain, l’air satisfait, arracha le goulot entre ses dents et but une goulée longue et agréable.



- Un délice ! Un vin digne des dieux ! Milles bouches à canons ! Je n’ai jamais rien goûté de la sorte.



Prenant place dans le couloir, il s’assis à même le sol et commença son succulent repas en chantonnant.



A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sire Planchapain

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : cuisines
Date d'inscription : 01/06/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: Pendant ce temps dans les cuisines...   Dim 3 Juin - 1:34

Mettant un point final à son repas par un rôt tonitruant, Planchapain observa les allées et venues des commis cuisiniers et des serviteurs. Plutôt des servantes, en vérité. Les faits étaient là : un nouveau monde, si étrange, le passage à travers les ombres avec cet inconnu pas très volubile, et l’arrivée au palais, la Marelle... La moindre compagnie féminine lui serait d’un grand secours ! Et puis même, qu’allait-il advenir de lui maintenant ? Il avait été heureux de fuir sa vie de malandrin des océans, et son nom terrifiait tant les équipages, à la fin, que plus un seul combat n’était nécessaire pour assurer une prise… Alors Ambre ou ailleurs… Ailleurs ou Ambre…

Il bailla à s’en décrocher la mâchoire, se poussa de côté afin de gratter son fondement et termina la bouteille.



*Bon, il existe bien ici un être humain ne portant pas livrée et toque !… sans cela, je ne vois pas l’intérêt de la chose… Je suis d’un sang noble si l’on m’a dit vrai, chose dont j’aurais d’ailleurs toujours douté. Mais à quoi bon avoir du sang bleu si l’on n’en a pas l’utilité ? Hein l’ami ? Il faudrait que je change de frusques, que je me trouve un sabre, et une copine. D’abord une copine !*



Saisissant aux hanches une servante qui entamait rondement le coin du couloir (et lâcha de surprise la cruche qu’elle portait) il colla la belle contre lui et s’exprima d’une voix musicale, forte, et qui sentait bon le vin :



- Diantre petite ! Je suis ton prince ! Tu ne saurais me refuser une valse !



- Mon prince ? Vous n’êtes qu’un poivrot doublé d’un cuistre, lâchez-moi où j’appelle le Chef et vous aurez à en découdre : je suis sa fille !



- Ah ! Tant mieux, c’est que tu es douée pour les desserts autant que ton père l’est pour le plat de résistance ! Danses, te dis-je ! Tu ne peux rien refuser à un noble de ma stature. Je saurais te récompenser à ta juste valeur, mon plantureux sujet, ma pâtisserie, et te montrer en toutes conditions le certificat de ma constance… Hum ? Qu’en dis-tu ?





La fille, à qui cela ne disait apparemment pas grand-chose, lui balança dans la cheville valide un coup de pied si violent qu’il en vit mille chandelles, et fonça en courant dans les cuisines.



- Ah ! La bougresse ! Ah, nom d’un ouragan ! C’est ainsi qu’on traite son bienfaiteur ! Tu me le paieras foi de Planchapain ! Attends que je t’attrape ! Pétipétipéti !



Et il entra à son tour dans l’établissement culinaire, bousculant tout obstacle, à la recherche de sa nouvelle marotte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sire Planchapain

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : cuisines
Date d'inscription : 01/06/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: caves des cuisines   Lun 4 Juin - 15:00

Malgré les exclamations des cuisiniers et des commis, le Triste Sire, ivre de sa course, avait poursuivit la donzelle à travers l’enchaînement des salles.

Il l’avait coincée dans un recoin des caves, où elle s’était réfugiée en pensant que son poursuivant avait déjà laissé tombé sa chasse…

Mais Planchapain n’abandonnait jamais… Et il éprouvait une facilité certaine à « retrouver » les choses depuis sa plus tendre enfance. Par exemple, durant son apprentissage à l’armée, c’est lui qu’on envoyait fouiller dans le vaisseau capturé, et il ne mettait jamais plus de dix minutes pour trouver la plus secrète des caches, ou le noble caché dans les fosses d’aisance.



La fille était donc acculée contre un tombereau de pommes de terres, et le pirate s’approchait de sa prise, la bave à la commissure des lèvres et le faciès déformé par une grimace lubrique.



- Noooon ! Monseigneur ! Ne faites pas de moi le jouet de vos vices ! Quelle infamie vous apprêtez-vous à commettre ! Je suis vierge et gardes ma vertu en gage de mon mariage prochain ! Je vous en priiiiiies, laissez-moi mon innocence ! Il y a tant de filles faciles en ces lieux ! Si vous saviez ce que les habitants du château font entre eux ! C’est le repaire du vice, monsieur, que ce lieu où vous avez posé votre noble pied !



La vision de parties orgiaques et de duchesses à califourchon sur une vergue (de bateau) stoppa un moment sa fougue.



- Dieu ! s’exclama t-il, suis-je tombé en un tel lieu ?... Ma fille, cette vertu que vous gardez courageusement est tout à votre honneur. Je ne suis pas un rustre. Je sais qu’il y a des trésors bien plus grands que l’or et la bonne chaire. Votre hymen, madame, sera sauf, si vous déposez sur la joue du bonhomme Planchapain un doux baiser !

-

- D’accord, mon seigneur chevaleresque, docile, je m’exécute.



Elle s’approcha, chatte, du bougre. Au moment où celui-ci fermait les yeux pour accueillir la récompense de ses efforts, elle le tira par la manche et le projeta dans les cageots de céleri.

Lorsque Planchapain se releva il s’aperçu avec colère que la fille était déjà partie se cacher ailleurs… Mais il y avait pire : sa jambe en bois avait disparu !

Il n’avait certainement pas su en bien fermer les attaches.

Fulminant, il regarda autour de lui et fit un carnage alors qu’il cherchait au milieu des denrées son précieux artefact.

Se concentrant, il huma une odeur épouvantable. Reniflant par trois fois de son large blaire, il crut comprendre qu’il ne s’agissait pas là de l’odeur de son unique chausette, mais bien d’un… chien…



- Canidé ! Foi de Planchapain ! Plouacre et turpitudes ! Un cabot diabolique… Attends un peu que je trouve ! Le caniche rôti me convient à merveille pour mon souper… Hum…



Se saisissant d’une pelle qui trainait, s’en armant en guise de canne, il marcha rapidement en suivant la trace. En quête de sa précieuse jambe de bois toute neuve...

Quant aux cuisiniers, ils s’écartèrent, terrifiés, du chemin du géant à la face contractée, les yeux roulants et la bouche écumante de jurons…

Edit by Lydwin: N'oubliez pas de dire où vous allez !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pendant ce temps dans les cuisines...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pendant ce temps dans les cuisines...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pendant ce temps dans le reste du pays...
» Passer du temps, dans pour autant se connaître. [Warren]
» Et le temps, dans tout ça ?
» Et pendant ce temps-là dans la boite de sardines. [PV : Craig Kamina]
» PENDANT CE TEMPS,LES AFFAIRES CONTINUENT.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les princes d'Ambre (Forum RPG) :: Archives :: Quête n°1-
Sauter vers: