AccueilPortailFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 l'ombre d'un parasol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
pacosme

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 38
Localisation : ombre
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: l'ombre d'un parasol   Dim 10 Juin - 11:13

Depuis trois jours, ils se rejoignaient dans un restaurant à tapas.
L'un d'eux était philosophe et l'autre, voyageur. Ils se retrouvaient au crépuscule et discutaient jusqu'à la fermeture. Le voyageur semblait friand des explications du philosophe sur sa vision du monde, bien qu'il ait toujours un contre exemple approprié ou un trait d'esprit pour mettre en péril les arguments du penseur.

Ce soir là, ils avaient poussés sur le glokprov (boisson locale qui affinait l'esprit en désinhibant la langue) et le voyageur soumettait une théorie fumeuse:

"...et alors, après avoir tracé une marelle avec l'oeil du serpent, un nouveau monde était né, engendrant une infinité de reflet entre le chaos et l'ordre, tu vois? La licorne, le serpent... C'est clair non?"

Le philosophe sembla déçu.
"Certes, mais cela remettrait en cause la physique moderne, le big-bang, Darwin et ce genre de choses."
"heuu ; tiens, un chien qui parle, tu me croirais si tu voyais un chien parler?"

Le chien qui somnolait au pied du voyageur soupira bruyamment.
Le philosophe, stoïque, répliqua:
"je ne vois pas ce qu'il y a de surprenant à voir un chien qui parle"
Le voyageur chercha la trace d'humour ou de sincérité dans les yeux du philosophe. Ne décelant ni l'un ni l'autre, il se renfrogna.

"En tout cas, c'est une explication que je préfère à la tienne. Comment peut on vivre en se disant qu'on est une succession d'erreur de probabilité? Si nous n'avons aucun but, autant dire que nous sommes voués à disparaître dans l'abîme."
A ce mot, les yeux du voyageur se troublairent comme s'il venait de se remémorer un évènement.


Dernière édition par le Dim 10 Juin - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Lun 11 Juin - 1:30

Le resto El Parasol est une petite bâtisse en bois, posée sur pilotis devant une longue plage de sable blanc au bord d’un océan gris sous un ciel sombre. Pour y manger ou prendre un pichet entre amis, c'est un endroit agréablement dépaysant. Tous les incontournables de la culture ibérique sont présents: tapas et sangria naturellement, mais aussi tauromachie et catholicisme font partie intégrante du décor. Un juke-box enchaîne les morceaux flamencos. Hors saison, le contraste avec la plage battu par un vent glacial renforce l’ambiance chaleureuse. On aime ou on n’aime pas mais on ne reste pas insensible.

Depuis ces 3 jours que les deux hommes passent leurs après-midi dans la salle à manger de la gargote, ils ont pris leurs habitudes. Ils s’installent à une petite table à coté de la grande baie vitrée encadrée dans un magnifique rosier de rose rouge qui donne sur l’océan. L’éternelle lumière diaphane d’un jour mourrant pose sur leurs interrogations des caresses encourageantes. Maria, une superbe beauté brune andalouse, à la peau de pain d’épice d’une vingtaine d’année, vêtu d’un jean taille basse et d’un débardeur agréablement provocant, leur sert régulièrement une sangria fruitée aux arômes puissants et chauds qui enrage leur conversation au rythme entraînant de la guitare flamenca qui s’affole. Le cuisinier lui-même, un nabot noireaux à la moustache longue et à l’accent andalou à couper au couteau, introduit chaque repas par une pantagruélique ración de tapas d’une variété qui donne des idées de l’infini. Le philosophe, un dénommé Karl Marx, jeune bobo d’une vingtaine d’année au fin collier de barbe noir, doit jeter l’éponge rapidement tandis que le voyageur, un homme entre deux âge aux cheveux bruns coupés courts avec une mèche en pointe, la barbe naissante et un visage de baroudeur couturés de cicatrices qui dénote fortement avec son vis-à-vis, fait disparaître les amuse-gueules gargantuesques comme des cacahuètes avant de réclamer le plat de résistance.

Ce jour-là, la conversation bouillonne déjà de plein feu au cœur de l’après-midi quand le voyageur semble soudain distrait de ses propos, comme absent de la petite auberge. Un sentiment familier s’est emparé de lui : cette petite voix muette qui lui susurre parfois que quelque chose se joue en ce moment pas très loin de là et qu’il pourrait être intéressant d’y prêter attention [sens offert par une psyché classé].
Son regard se tourne intuitivement vers la baie vitrée et la plage de sable fin que balaye une brise habitée d’une fine bruine.

Sur la plage, seule, une femme brune aux pieds nus, vêtue d’une simple robe droite rouge qui souligne agréablement sa silhouette gracieuse, s’avance à la manière de la vierge innocente offerte en holocauste à un océan menaçant, soudain en furie comme un dragon de légende. Elle entre dans l’eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pacosme

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 38
Localisation : ombre
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Lun 11 Juin - 1:49

Pacosme n'écoutais plus que distraitement ce que lui racontait Karl. Il regardait d'un air inquiet vers la plage en acquiessant de temps en temps.
Soudain, un flash le fit dégriser: on ne fait pas de bain de minuit habillé.
Il s'adressa à Sphynx:
"fais lui la conversation, je reviens!"
Le chien dressa ses oreilles et dit d'un ton distingué:
"vous intéressez-vous aux différentes hiérarchies sociales?"
Le philosophe ouvrit la bouche de stupeur. Visiblement,non; il n'avait jamais vu de chien parler.

En deux pas, Pacosme était près de la baie vitrée. Il sauta sur une table en manquant de glisser dans un bol de mayonaise posé entre deux amoureux indignés de cette irruption. Il eut juste le temps de glisser un "faît' pas attention, j'fais qu'passer" en ouvrant la fenêtre et il sauta dans le vide.
Son pied s'étant accroché dans un pli de nappe, il s'affala dans le sable 3 mètres plus bas dans un grand "OUMPF". Il se remit sur pied instinctivement et cavala jusqu'à l'eau en enlevant son marcel et ses chaussures. il avança dans l'eau glacée jusqu'à la taille et plongea à la recherche de la baigneuse en tendant ses sens vers la femme qui ne réaparaîssait pas. Les clients du restaurant virent sa tête disparaître sous l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Lun 11 Juin - 17:06

Le ciel se déchaîne à son tour : la bruine devient pluie et un vent glacial se lève de la terre. Des vagues rendues folles par des courants contraires se jettent les unes sur les autres, s’éventrent et saigne une écume furieuse. L’inconnue avance un moment, indifférentes aux éléments tempétueux, avant d’être happé violement par l’océan. Elle disparaît.

Le voyageur, vêtu seulement d’un pantalon, torse et pieds nus, traverse la plage au sprint, cours un moment dans l’onde puissante, avant de plonger dans les flots. L’eau est gelée. La sensation est de prime abord agréablement vivifiante avant qu’elle ne devienne douloureuse comme un millier d’aiguilles qui perce la peau de l’ambrien. Pacosme ignore la douleur, qui se fond vite dans la puissance de son effort pour crawler dans la direction où la femme se tenait quelques secondes plus tôt. Athlète prodigieux, il fend les courants contraires avec l’aisance d’un nageur confirmé et vite se retrouve au-dessus de l’endroit où il a perdu de vue l’inconnue.

Les cieux et les eaux se mélangent jusqu’à devenir indifférenciable. Une tempête se lève.

Pacosme plonge.


Dernière édition par le Lun 11 Juin - 19:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pacosme

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 38
Localisation : ombre
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Lun 11 Juin - 18:28

Pacosme avait touché le sable au fond de la mer, mais n'avait pas trouvé de trace de la femme.
La mer tirait vers le large et il savait combien il serait dangereux de s'attarder trop longtemps. Il avait beau être endurant, la mer ne lui ferait pas de cadeau.
En reprenant son souffle, il vit que le temps avait changé aussi facilement qu'on retourne un sablier, des éclairs déchiraient l'horizon.
*c'est mal barré*
Alors qu'il préparait ses poumons à la plongée, la houle devint plus forte et les crêtes des vagues perlaient, annoncant ainsi qu'elles allaient déferler.
Il plongea encore en suivant le courant et en tendant son bras.
Il se concentra sur l'image de son bras rencontrant la main de la femme.
Son esprit dévia de cet image pour se retrouver dans le chateau d'Ambre et il eut l'impression que le temps suspendait son cours.
... Lorsqu'il remontait des geoles... La grande porte... La grande salle rectangulaire... La marelle dont le halo brillant bleuté flottait au dessus des courbes complexes.
Il vit la marelle devant lui, distinctement, il pouvait suivre son cheminement sinueux.
Il cherchait à retrouver la main de cette femme.
*elle doit être par ici, je vais sentir sa main, je vais... je vais...*
(HJ: utilisation de la Marelle pour renforcer la Psyché et modifier les probabilités)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Lun 11 Juin - 19:45

Il y a une infinité de mains féminines inscrites dans La Marelle : des belles, des crochus, des douces, des vieilles, des jeunes, des fortes, des tendres… mais cruellement pas celle que cherche Pacosme. C’est même plus étrange que ça encore, l’ambrien a la sensation que plus il manipule Ombre dans un sens ou dans un autre plus il s’éloigne de la femme… comme si elle n’existait que dans une ombre unique, précise… comme si elle n’avait aucun reflet dans les ombres adjacentes.

La motivation de trouver l’inconnue n’en est que plus forte. Enfin quelque chose de nouveau…

Soudain, il la voit… inconsciente… entre deux eaux. Elle est belle à force d'être inédite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pacosme

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 38
Localisation : ombre
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Lun 11 Juin - 21:01

A bout d'air, Pacosme remonte à la surface. Son visage est fouetté par une pluie qui lui paraît chaude. Il replonge à pic et retrouve la femme, immobile dans un monde de silence, le visage noyé dans ses cheveux.
Il saisit le poignet de la noyée et retourne à la surface.
La mer était en colère et semblait vouloir faire boire la tasse à Pacosme.
Quand il vit la plage, il blémit: il se croyait à une cinquantaine de mètres (une piscine olympique) alors que la mer l'avait tracté beaucoup plus loin, le restaurant paraîssait vraiment loin.
Alors qu'une déferlente lui fit mettre la tête sous l'eau, il pensa:
*la mer qui tire au large, les déferlantes et la distance, ca irait mais avec ce poids mort... si j'y arrive, ce sera trop tard ... Que ferait Mac gyver dans cette situation?*
Sachant qu'un noyé ne respire pas, il décida de traiter la femme comme un paquet (portant la mention fragile) et il utilisa une technique apprise dans un bar du port de Madretsma sur l'ombre Erret:
Il dessera sa ceinture et y glissa de bras droit de la dame. après avoir rattaché sa boucle, il bloqua l'avant bras de la femme dans ses habits pour que son bras soit replié et bloqué. au moins, il pourra nager tranquille
*Elle risque d'avoir de sacrés bleus mais, après tout, elle va rencontrer l'homme le plus classe de l'univers, ca vaut le change, non?*

Il commenca à lutter contre le courant. Pacosme chercha son rythme en alternant crawl et brasse. La noyée le ralentissait beaucoup et le tirait en arrière mais il progressait décimètre après décimètre par de puissants gestes.
Au bout de cinq minutes d'efforts, le temps s'apaisa, la tempête avait du passer au large. Il avanca donc de façon plus significative et il ne lui fallu que dix autres minutes pour atteindre la plage, exténué.

Il tira le corp inerte sur le sable, défit la ceinture et s'étala pour reprendre son souffle.
Pacosme revint au corps de la femme, il avait du lui démettre l'épaule et son bras était cisaillé à l'endroit où la ceinture la tirait. Il entreprit de la réanimer avec un massage cardiaque et du bouche-à-bouche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Lun 11 Juin - 23:16

Pacosme allonge la jeune femme sur le sable de la plage et s’agenouille à coté d’elle. Il pleut mais le vent s’est calmé. Le corps de l’inconnu est glacé et anoxique. Sa robe de lin rouge colle à sa peau, moulant des vallées et des monts aux galbes agréablement féminins.
L’ambrien déchire le col de la robe pour permettre à la femme de mieux respirer et colle son oreille sur la poitrine froide. Il se redresse et lui bascule prudemment la tête en arrière en tirant son menton vers le haut, une main sur le front et deux doigts sur la pointe du menton. Il ouvre la bouche de la noyée et en retire calmement des lambeaux d’algues. Il approche sa joue de son nez et observe la pointe des seins immobiles. Il prend un plusieurs inspirations profondes puis colle ses lèvres sur celle de l’inconnue. Il insuffle : une fois… deux fois. La poitrine se soulève une fois… deux fois… puis retombe.
Pacosme se déplace près du thorax et dénude le haut du corps de la jeune femme. Il place le talon d’une main dans la moitié inférieure du sternum et place l’autre main sur la première en entrecroisant les doigts. Il réalise des appuis verticaux ménagés avec la régularité d’un métronome. Chaque geste à la précision du médecin d’expérience et bientôt le jeune ange crache de ses poumons une eau muqueuse qui bave sur ses joues.
L’ambrien place l’inconnue sur le coté. Elle vit.

Pacosme est torse nu. L’eau coule sur sa musculature athlétique. Il reprend enfin son souffle et peut observer de plus près celle qu’il a sauvée : c’est une femme d’une vingtaine d’année de type européen de l’ombre Terre. Elle a des cheveux courts bruns, tirant sur le châtain et des yeux sombres, tristes. Ses courbes sont admirablement dessinées du visage jusqu’à la pointe des pieds. Mais ce n’est pas tant ça qui marque une nouvelle fois Pacosme. Des belles femmes il en a vu des légions, tout aussi extraordinaires que celle-là. Non, l’inconnue a quelque chose de plus… quelque chose d'inédit. Non, c’est plus que ça encore : elle est complètement nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pacosme

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 38
Localisation : ombre
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Mar 12 Juin - 1:48

Pacosme ne voulait pas brusquer la demoiselle pendant son réveil difficile.
Il allia le tact à la politesse avec un soupçon de psychologie:

"Alors poupée, on fait de la pêche nocturne?"

La femme émmergeait en se demandant où elle était et qui lui parlait.
Pacosme, curieux de savoir dans quoi il s'était jeté et pourquoi cette femme semblait repousser l'influence de la Marelle demanda:

"Dites moi, que faisiez vous ici?"
La femme essaya de parler:
"agayabeadaga"

Pacosme, acroupit, se passa la main sur le visage et se repeigna en arrière.
"Bon, je sens qu'on va y passer des heures"
Il prit le visage de la femme entre ses mains et chercha à plonger son regard dans ses yeux. Il chercha délicatement à lire dans son esprit affaibli pour comprendre qui était la femme et pourquoi elle était là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Mar 12 Juin - 11:32

Pacosme effleure le visage de la femme du bout des doigts et le tourne doucement vers lui. Il plonge ses yeux dans les deux orbes bruns aux pupilles étrécies qui lui lancent un regard étrangement neutre. L’ambrien établit le contact mental.

Une souffrance fulgurante explose dans son crâne. Il se jette instinctivement en arrière en se prenant la tête dans les mains et se tord de douleur dans le sable. Le contact est rompu. Jamais Pacosme n'avait été débordé à ce point dans un combat psychique.

La femme s’assoit avec un mouvement de recul, se recroqueville en ramenant ses pieds derrière elle et protège instinctivement de ses mains sa poitrine dénudée et son sexe. Elle penche la tête sur le coté pour observer Pacosme dont les tempes tapent cruellement un rythme violent, annonçant une migraine effroyable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pacosme

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 38
Localisation : ombre
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Mar 12 Juin - 13:35

Pacosme grimaçait de douleur.
"Nom de zeus"
Il se redressa et dévisagea la femme. Derrière la douleur, de nombreuses pensées se bousculaient rapidement dans sa tête:

*Ni Marele, ni Logrus? Méthamorphe? Abîsse? Jurt? Piège? Danger! Mettre les voiles! Tiens je mangerais bien du cassoulet!*

Il s'aperçu que son regard avait dévié plus bas que le visage de la femme et qu'elle affichait une gène qui se transformait en colère.

"Ha oui, c'est heu... déchiré"

Pacosme regarda rapidement autre part et alla chercher son marcel pour couvrir l'inconnue nue.

Il ne savait pas ce qu'il faisait là, il avait pour principe de laisser les gens faire ce qu'ils veulent tant que ce n'était pas lui marcher sur les pieds; même mourir.
Maintenant il avait cette femme sur les bras, qui ne parlait pas mais pouvait réduire sa cervelle en gelée de fraise. il fut un moment tenté d'appeler les secours et de retourner parler à Karl Marx.

Voyant qu'ils avaient attirés l'attention des badeaux, il dit à l'inconnue:
"Je m'appelle Pacosme, vous pouvez marcher?"
L'inconnue ne répondit pas.
"Allons dans un endroit plus calme pour discuter et manger un bon cassoulet."*tant pis pour Karl*
L'inconnue ne bougea pas.
"Si vous venez, je vous apprendrais à nager autre chose que le cailloux"
Il la prit par le bras et la fit se lever

En quittant la plage, comme un silence génant s'installait, il dit, comme pour se justifier:
"Vous savez, je suis navré d'avoir fait échouer votre plan de baignade mais je ne supporte pas qu'on se suicide devant moi. Je vous montrerais des bons coins où vous serez tranquille.
Mais je vous comprend tout à fait. Je suis moi aussi suicidaire à ma façon. Je me lance à corps perdu dans des histoire dangereuses pour aider les gens.
En attendant, vous allez tout me raconter. Avec un peu de chance, votre histoire sera assez dangereuse pour réveiller mes tendances...
Au fait, vu que tu ne m'as pas dit ton nom et que tu es une sorte d'apparition, je peux t'appeller ma nymphe?"


En attendant la réponse, il l'emmenait vers un endroit où ils pourraient trouver des habits secs et du cassoulet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Mar 12 Juin - 23:37

La jeune femme n’apprécie pas trop que Pacosme tente de lui prendre le bras pour la lever. Elle lui échappe et se recule. Elle se met de dos et enfile le marcel trop grand avec des gestes parfaits. Elle fait un nœud pour le resserrer sur son ventre. Elle tourne à nouveau pour faire face à l’ambrien.

L’inconnue a dans chaque attitude ce on ne sait quoi de terriblement craquant qui perturberait n’importe quel homme. Mais ce n’est pas ce qui dérange Pacosme. La femme possède tout simplement une originalité immanente et rafraîchissante dans cet Univers sans surprise.

Une pensée ancienne traverse l’esprit de l’ambrien malgré lui :
    *N’importe quoi pourvu que ça change…

La femme chancelle sur la plage et s’écroule dans le sable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pacosme

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 38
Localisation : ombre
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Mer 13 Juin - 0:17

Pacosme mit ses poings sur sa taille, fit rouler ses yeux en soufflant.

Il s'accroupit
"Mad'moiselle, ça va?"
Si elle ne voulait pas bouger, soit, il resterait jusqu'à ce qu'elle aille mieux.
Alors qu'il attendait qu'elle parle ou qu'elle retrouve ses couleurs,il sentit une menace diffuse qui se rapprochait. Il fit volte face et vit une silhouette sombre.
La silhouette l'observait, hésitante. puis elle sortie de l'ombre. Il reconnu ingrid, la vendeuse de fleur du magasin en bas de son hotel.
"Pacounet? C'est toi?"
Alors qu"elle se rapprochait encore elle vue l'inconnue dans le marcel de Pacosme et changea de ton.
"Mais..." ces yeux se brouillairent en allant de la femme à Pacosme.
"Mais... Alors ca c'est la meilleure" Pacosme avait beau être entrainé à 34 styles de close combat dont le kung-fu et la boxe-taï, il redoutait toujours une femme qui se croit trompée. Il reçut un coup de poing sur le nez et un coup de genoux qui ferait même frémir Bénédict.

Alors qu'elle partait en faisant claquer ses talons, Pacosme, à genoux, se tenait l'entre jambe et couinait:
"Mais Lucie, je ne la connais pas, je l'ai sauvé de la noyade et..."

Lucie fit demi tour et donna deux coups de sac sur le dos du bon samaritain.
"Ca suffit,je ne suis pas une cruche je croyais que ton philosophe de comptoir avait une barbe grise ridicule!! Celui là m'a l'air bien imberbe. Je ne veux rien savoir et je ne veux plus te revoir. jamais!"
Elle partit en pleurant et lorsque Pacosme releva les yeux pour l'interpeler, il vit son ami Karl Marx debout avec Sphynx à ses côtés.
"Philosophe de comptoir hein? Pauvre c*n"
Lui aussi pris la route de reniement.

"Ouais, c'est ça, barrez vous, j'm'en fous chuis un dieux moi; je ferme les yeux et vous z'existez plus! Espèces... espèces d'ombres"

Pacosme se sentit seul, il regarda son chien en cherchant un peu de compassion et il cru en trouver jusqu'au moment où Sphinx aperçu une poubelle dans laquelle il s'engoufra la tête la première pour trouver joyeusement une immondice quelconque.

Pacosme se retourna vers l'inconnue et lui dit:
"S'il te plait, dis moi quelque chose. Parle moi. Comment résistes-tu à la Marelle, pourquoi voulais-tu te scuicider. Ou mieux, dis moi que tu es contente que je t'ai sauvé."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Mer 13 Juin - 1:04

La jeune femme a besoin de se reposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pacosme

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 38
Localisation : ombre
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Mer 13 Juin - 12:24

Pacosme était désemparé, alors que le quotidien commencait à s'installer paisiblement dans cette nouvel ombre, l'arrivée de la nymphe avait tout détruit. Rien ne l'obligeait à rester ici plus longtemps.
Il prit son menton dans la main et cogita:
*cette femme m'intrigue de plus en plus. C'est une énigme vivante. La sensation que j'ai eu en utilisant la Marelle en sa présence est inquiétante. Elle semble extèrieure au tissu d'ombre*
il réfléchit à voix haute:
"Mais enfin, c'est impossible. Sauf exeptions, la Marelle est censée avoir une influence avec toutes les ombres, d'Ambre aux Cours du Chaos"

Sphinx leva la tête des poubelles:
"L'exeption ne confirme t'elle pas la règle?"
"Bon ça va, Sphinx, j'ai déjà mon lot d'énigmes"
"Ne comprend-on pas mieux un homme quand on sait où il mange?"
Pacosme ramassa un cailloux et le lança le plus fort possible dans la mer
"va chercher"
Sphynx partit comme une fusée et Pacosme lui hurla:
"à cloche pied"
Sphynx, aussi à l'aise sur deux pattes qu'une autruche sur un monocycle, se tortilla pitoyablement dans le sable, il allait laisser son maître tranquille quelques temps.
*l'exeption qui confirme la règle? Oui en effet, elle doit venir d'une ombre particulière. Voir même d'un plan primal, cela expliquerait qu'elle semble unique. Il y a peut être d'autres possibilités mais, commencons par cela.*

Il parla à la nymphe inconsciente comme si elle l'entendait.
"Ecoute, on va essayer de trouver d'où tu viens. Je veux savoir d'où te viens cette psychée faramineuse."

Il la prit dans ses bras et partit chercher un moyen de locomotion.


Une heure plus tard, ils étaient sur un autoroute, au volant d'un camping-car avec des provisions pour une semaine.
Il s'était changé et avait posé des sous-vêtements et des habits à côté la nymphe, dans la mezzanine. Ne sachant pas dans quoi elle serait plus à l'aise, il y avait trouvé des jeans, un sweat-shirt et une robe rouge.

Il s'était d'abord assuré que le changement d'ombre n'avait pas d'effet néfaste sur la nymphe. Puis comme elle dormait encore, il entreprit de modifier des détails de la route en attendant qu'elle se réveille. A chaques modifications, il se concentrait mentalement sur le visage de l'inconnue pour essayer de se rapprocher de sa supposée ombre d'origine.

Pacosme connaissait la descente aux enfers, mais il préfèrait prendre son temps et ne pas exposer l'inconnue inutilement aux désagréables surprises des descentes.

Lorsqu'elle serait réveillée, il reverrais son plan. Mais pour l'instant, il voulait boire son soda et rouler en discutant avec son chien:
"répète après moi, je m'appelle Sphynx"
"Maître, vous êtes sûr de ne pas vouloir m'abandonner sur cet autoroute?"
"hoo,fais pas cette tête, on dirait un chien battu"
"Maître, à partir de combien de coups de d'épée, de pied ou de sabot, de boules d'énergies, d'acides gluant, de balles doum-doum etc...; pourrais-je considérer que vous me faîtes subir de nombreux sévices?"
Pacosme regarda Sphinx en se remémorant toutes les batailles énnoncées. Puis il sourit et éclatat de rire. Alors qu'il se calmait, il regarda Sphinx et se rappella qu'il ne savait pas rire. Il remuait frénétiquement la queue. Pacosme repartit d'un fou rire plus intense et Sphynx aboya plusieurs fois en dressant les oreille de plaisir.
Soudain, ils se calmèrent, Ils avaient cru entendre du bruit dans la mezzanine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Mer 13 Juin - 16:40

L’inconnue dort profondément tandis que le camping-car s’enfonce en Ombre, traversant sur une longue autoroute jeté entre les mondes, des paysages fantastiques, très différents les uns des autres : un bord de mer tempétueux, un bocage humide peuplé de scarabées géants, une prairie sèche au ciel rouge comme le sang, une steppe équatoriale aux herbes chantantes, une jungle tropicale silencieuse… La marche en avant semble d’autant plus facile que Pacosme se concentre sur les singularités de la jeune femme : les traits, les courbes et la respiration de la belle au bois dormant forment comme une carte routière qui semble conduire l’ambrien vers une destination précise. De plus en plus souvent, il trouve dans la définition des ombres qu’il traverse des caractères propres à l’inconnue, des concepts inédits, du jamais vu, qui lui murmure qu’il approche de quelque chose d’important.

Après deux jours, Pacosme doit se rendre à l’évidence, sa nymphe est tombée dans un coma profond. Il est obligé de la mettre sous perfusion pour éviter qu’elle ne dépérisse. Il lui faut 10 jours pour atteindre le bout de l’autoroute puis encore 3 jours à rouler sur de petites pistes sauvages avant de toucher ce qui lui semble être un but.

Le camping-car passe sous une arche de pierre de style néolithique gravée qui n’est pas sans rappeler les portes de Stonehenge et entre, sur une petite sente, dans une vallée noyée dans le brouillard. Au milieu de ce nulle part, la piste s’arrête devant un dôme chromé aux dimensions cyclopéennes et aux proportions parfaites qui semble n’être que la partie supérieur d’un édifice enterré et qui barre complètement la vallée.

A l'arrière du véhicule, la jeune femme n'est plus là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pacosme

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 38
Localisation : ombre
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Mer 13 Juin - 17:28

Pacosme regardait l'endroit où était allongée la nymphe quelques minutes plus tôt.
"Je commence à croire qu'elle non plus elle ne m'aimait pas. Bon on va faire une ballade"
"Maître, ne vaudrait-il mieux pas prendre nos précautions?"
"Pourquoi? Nous sommes inconnus ici, personne ne nous veut du mal."
"Que feriez vous si les habitants étaient des chats géants?"
Pacosme se déhancha en croisant les bras:
"hé bieeenn. On peut chercher une pelote de laine géante si tu veux"
"Plaït-il?"
"D'accord, d'accord. Mais on n'a jamais vu de prince d'Ambre obéir à son chien..."
"une question peut-elle être assimilée à un ordre?"

Pacosme fouilla le camping-car pour retrouver son épée. Puis, il s'écarta du camion et vit le fourreau sur le toit
*ha oui, c'est vrai, la sieste ce matin.*

Il essaya son briquet, il marchait.(HJ: sinon, j'édite) Il vida trois bouteilles de jus d'orange et y versa de l'essence. Ca lui rappelait une guérilla civile à laquelle il avait participé . Il bricola une mêche avec les vêtements qui restaient dans le camping-car, les imbiba et rangea les trois cocktaïls-molotov dans un sac à dos.

"J'espère ne pas avoir à m'en servir, mais si je dois mordre la poussière, je préfère que ça fasse boum! hé hé hé" Alors qu'il ricanait, on pouvait voir une lueur de folie dans ses yeux.

Il partit à pied vers l'édifice titanesque qui barrait le défilé naturel comme si une immense boule de métal était tombée du ciel pour se planter dans une vallée.

Pacosme profitait de l'odeur de la nature et de la terre.
Il parcourut une bonne distance sur un sentier qui longeait un gazon parfait parsemé de menhirs. Il fit quelques rapides pauses pour contempler les gravure.
Il était bientôt arrivé à l'édifice et comptait y trouver une entrée ou quelqu'un
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Mer 13 Juin - 20:43

Le dôme, noyé dans la brume, est le sommet d’une sphère argentée parfaite qui sort de terre et semble enchâssée dans la montagne comme si la structure était antérieur à l’orogenèse. Il s’élève à plus d’une centaine de mètre au dessus du sol. Sa surface lisse semble composée d’un métal liquide qui réfléchit le paysage environnant mais ni Pacosme ni Sphinx.

Il n’y a aucune entrée apparente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pacosme

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 38
Localisation : ombre
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Jeu 14 Juin - 0:05

Pacosme fut intrigué par la sphère.
"Ca alors, c'est la première fois que je vois ça. D'après mon expèrience, il s'agit d'une boule de pétanque oublié par dieux lors de la génèse du monde"

Il observa quelques temps les reflets. il décida de pauser un objet au sol pour voir si le reflet devenait visible lorsqu'il le lâchait . Comme cela ne donnait pas grand chose,il tapota la surface pour voir si la matière était creuse, puis il pausa la main sur la sphère et essaya de sonder l'intèrieur grâce à la psychée. En prévoyant, si ca ne donnait rien, de faire appel à la Marelle.
"Sphynx, si je grimace en couinant ou si tu me vois baver d'un air sénile, décolle moi la main"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Jeu 14 Juin - 1:26

Le contact avec le dôme est surprenant : la matière est chaude et douce comme la peau d’une baleine. Elle coule sous la main de Pacosme alors qu’il joue avec le fluide. C’est alors que l’entité brise les barrages de sa psyché et submerge son esprit de sensations : un exode de plusieurs millénaires à travers le vide d’un espace trop long, la souffrance, le désespoir, le sacrifice… Et soudain une marelle… Pas la Marelle d’Ambre… Mais un dessin inédit.

Pacosme se retrouve allongé au milieu d’une coursive aux parois biomécaniques qui ne sont pas sans rappeler les terriers de certaines araignées, en plus évolué. Son sac est à portée de la main. Aucune trace de Sphynx.
La chasse commence.

[Pacosme ne peut pas marcher en ombre ni modifier les caractéristiques de l’univers dans lequel il se trouve.]


Dernière édition par le Jeu 14 Juin - 19:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pacosme

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 38
Localisation : ombre
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Jeu 14 Juin - 1:58

Alors qu'il se rend compte qu'il est allongé dans un environnement inconnu, Pacosme étouffe un cri de stupeur de peur de se faire repérer. Il se redresse rapidement récupère ses affaires, dégaine son Guinzu et se plaque au mur.
Les couloirs se présentaient comme un réel labyrinthe, et comme dans tout labyrinthe, il fallait un plan.
* si je suis dans une architecture sphérique, les couloirs doivent être construits en cercles. Reste à savoir s'il vaut mieux aller au centre ou s'en éloigner. En même temps je ne suis pas venu ici pour faire du tourisme et si il existe une Marelle ici, elle devrait être au centre*

Il prit la décision de prendre les couloirs qui se dirigeaient vers l'interieur des circonvolutions.

Il avança dans un couloir au hasard en tendant l'oreille et en laissant faire son intuition.
En pensant à son chien hyper entrainé qui devait chasser les papillons alors que lui était perdu, il gromela:
"Sphynx, toujours là quand j'ai besoin de toi..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Jeu 14 Juin - 12:10

Les parois irrégulières du boyau sont constituées d’une espèce d’agglomérat de sécrétion de poly-silicones métalliques sombres aussi dures que l’acier.
La galerie de section grossièrement circulaire fait environ deux mètres de diamètre. Elle n’est éclairée que par de faibles radiations lumineuses émise par des moisissures phosphorescentes qui jettent un voile fantomatique sur la peau de Pacosme. Le champ de vision ne porte qu’à quelques mètres. [Désavantage]
Le silence est pesant et chaque pas résonne désagréablement. [Désavantage]

L’instinct de l’ambrien est en alerte maximum comme celui d’une proie qui sait que les prédateurs sont sur ses traces. [Avantage classé]

[Merci de faire un inventaire détaillé des possessions de Pacosme (Sens toi assez libre - je te demanderai de corriger si quelque chose me gène). Tout ce qui aura été oublié ne pourra être ajouté. Préciser les différentes attitudes de base du personnage (mode de déplacement, objet tenu en main ou à portée, attentions particulières…). A partir de maintenant plus tu es précis, plus tu bénéficieras d’avantages sur tes adversaires]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pacosme

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 38
Localisation : ombre
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Jeu 14 Juin - 13:44

Alors que Pacosme commençait à avancer, il se rappela des infiltrations commando qu'il avait effectué dans les terriers ennemis au Man-Teiv sur l'ombre Erret ,on en fait des choses en 327 ans. Il retrouva les réflexes qui lui avaient déjà sauvé la vie.
Il s'accroupit et fit mentalement l'inventaire de son arsenal.

le sac à dos contenait:
-Trois coctaïl-Molotav d'essence (voir post précédent).
-Les jumelles de la jeep (voir descente aux enfers).
-un tee-shirt et des jeans de rechange.
-Une couverture sale (prévu pour faire la sieste par terre).
-un jeu de 32 cartes
-un épile-narine
-un petit mirroir (pour s'épiler les poils du nez)
-une bonbonne d'insecticide (pour les moustics)


Il avait aussi Un paquet de lucky strike, un briquet, quelques pépites d'or (voir geôles).Et enfin son sabre dégainé à la main.

Sentant un danger planer, il ne lésina pas sur les moyens:

Il sépara les cocktaïls avec le tee shirt déchiré pour éviter qu'ils fassent du bruit en s'entrechoquant et garda seulement la lanière gauche sur l'épaule pour avoir le sac fixé sous son bras.
Il coupa le jean de rechange et s'attacha le tissus aux pieds pour amortir le bruit de ses pas.
Il se salit le visage et les avants-bras avec la poussière du sol.
Il frotta aussi une face de la couverture sur les moisissures phosphorescentes pour qu'elle simule l'aspect des parois, puis il se l'attacha en cape.

Il prit le briquet (qui marchait) dans la main gauche et son épée dans la droite. La bonbonne d'insecticide était dans une poche latérale du sac.

Sa progression serait la plus discrète possible. il longerait les murs en tendant l'oreille et, lorsqu'il le jugerait utile, il se servirait du mirroir pour s'engager dans les intersections.

Il cherchera donc à rejoindre le centre de la sphère (voir dernier post). En dernier recours, s'il a l'impression de tourner en rond, il laissera des cartes à jouer froissées pour se repérer.
S'il entend du bruit se rapprochant, il cherchera à se camoufler en s'accroupissant à côté d'un tas d'ordure ou d'une saillie de la roche, et en se recouvrant de sa cape.

Il fera attention au sol et aux saillies suspectes. S'il se fait repérer par une sentinelle, il posera le sac et essayera de la faire taire.

Il se sentait revenue dans la jungle de Man-Tiev.
La chasse était bien commencée, restait à savoir qui était la proie...

(HRP: je pense avoir gardé une certaine crédibilité pour les objets emportés en me limitant à quelque chose de banal.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Jeu 14 Juin - 19:35

Pacosme se déplace furtivement dans la pénombre, tous les sens aux aguets. Il sent le danger et, sans avoir encore vu l’ennemi, sait qu’une erreur dans un tel environnement peut être fatale, même à un individu comme lui. Les couloirs biomécaniques forment un enchevêtrement labyrinthique qui n’est pas sans rappeler la structure d’une immense fourmilière dans laquelle il est très difficile de s’orienter. Il avance donc au hasard, choisissant à chaque intersection le bras qui lui inspire le plus confiance.

Il fait mouvement ainsi durant une bonne heure, parcourant à peu près une demi-douzaine de kilomètres dans ce qu’il estime être un simple réseau de coursives de délestage d'une architecture plus complexe.

Soudain la stimulante boule au creux de son ventre se met à jouer au yoyo avec son estomac. Aucun indice ne trahit le chasseur mais Pacosme sait qu’il n’est pas seul. Quelque chose remonte la piste de l’ambrien le long des boyaux sombres.

[J’ai besoin d’en savoir un peu plus dans le prochain message : quel type de chaussures et de vêtements porte Pacosme ? Quel type d’épée est Ginzu ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pacosme

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 38
Localisation : ombre
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   Jeu 14 Juin - 19:56

(Précision: Pacosme est en marcel et en pantalon en toile, ses chaussures sont des adadas synthétiques et il porte un caleçon à fleurs. Le ginzu est une épée à un tranchant+pointe: base large, coupe triangulaire; elle est droite sur 1 mètre et se finit en pointe)

Pacosme sentit les poils se hérisser sur sa nuque. Il se retourna pour observer le tunnel et, même s'il ne vit que la lumière lugubre des murs qui se perdaient dans une pénombre intense,il sut que quelque chose le traquait.
Il laissait des traces derrière lui. Il devait trouver l'origine de ces traces.
Il estimait avoir été assez silencieux pour mettre de coté le son. Il restait L'odorat, la vue ou autre chose.
*si c'est autre chose, ça se règlera à coup d'épée.
Si elle repère mes traces dans cette obscurité, il y a de fortes chances pour qu'un flamme aveugle la chose
Pour l'odorat, rhâââ, je savais bien que j'aurais du prendre une douche.*

Pacosme aurait voulu s'enduire d'excrément des choses qui étaient après lui pour les repousser mais il n'en trouva aucune trace.
Il courut vers une intersection , urina dans une voie pour attirer l'odorat des choses et alla se camoufler plus loin dans l'autre voie .

Il pensait qu'avec un peu de chance, la créature perdrait sa trace olfactive en sentant l'urine, e qu'elle ne le voirait pas. Il ne restait plus qu' à croiser les doigts
Certe, ill risquait de se faire trouver mais au moins, il saurait pourquoi et, pour se rassurer, il se dit qu'il passerait au "plan B". D'ici là il devait trouver un "plan B"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'ombre d'un parasol   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'ombre d'un parasol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Togoria- L'ombre d'un doute
» Voyage en ombre et disparition d'armée
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]
» [Entraînement] A l'ombre du grand chêne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les princes d'Ambre (Forum RPG) :: Archives :: Quête n°1 :: Ombres-
Sauter vers: