AccueilPortailFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Marelle de Corwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sire Planchapain

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : cuisines
Date d'inscription : 01/06/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: La Marelle de Corwin   Lun 11 Juin - 15:03

Les quatorze attendaient dans le brouillard. Tous étaient aux aguets.
En face d'eux, seule la masse fantomatique d'un arbre gigantesque émergeait de la brume.
Une légère bruine tombait du ciel et infiltrait les vêtements.
Un silence de mort reignait là...


- Hum... Que faisons-nous? On sort de ce brouillard ou on convient qu'il nous sert de camouflage? murmura le plus discrétement possible Planchapain.

*ce dont je doute fort. Diantre, il reigne ici une atmosphère sépulcrale!*
[HRP : Planchapain utilise ses sens accrus]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulcand

avatar

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
174/1000  (174/1000)

MessageSujet: Re: La Marelle de Corwin   Lun 11 Juin - 15:21

Ulcand s'appuya sur un arbre pour mieux concentrer ses sens sur l'environnement. Il lui sembla entendre un léger bruissement mais sans pouvoir être trop sûr.

Comme Planchapain l'interrogeait sur la suite Ulcand s'apprêtait à opiner quand d'un coup il se sentit inexplicablement tiré vers le haut. Ulcand comprit qu'une branche de l'arbre venait de l'attrapper par les chevilles, et tandis qu'il commençait à se débattre il entrevit à la jonction de deux "branches" une gueule émaillée de noeuds qui pouvaient faire office de meules.

Ulcand se mit alors à faire ce que toute personne sensée aurait fait dans ce cas précis: il hurla de terreur. Cela eut pour avantage d'attirer l'attention de ses treize compagnons sur le supposé arbre. Comme un seul homme les douze chevaliers se ruèrent à l'assaut de ce qui était dans la position d'où venait la voix et convaincus d'enfin affronter leur véritable ennemi ils portèrent moult coups et force horions sur l'écorce de l'arbre. Si la plupart des coups ne semblaient guère faire de dommages l'un d'eux passant au travers d'un trou s'enfonça dans la sève. De surprise l'arbre perdit sa force et Ulcand tenta violemment de s'échapper. Par bonheur à ce moment-là l'arbre redirigeait ses efforts vers les chevaliers et la branche se rétracta. Ulcand tomba de six ou sept mètres, sur le dos et les bras en croix.


Dernière édition par le Lun 11 Juin - 16:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: La Marelle de Corwin   Lun 11 Juin - 19:16

[Il est désormais très difficile d’avoir recours à La Marelle – Il est impossible de modifier l’ombre, ses probabilités ou sa météorologie. S’extraire de cet endroit nécessite une descente aux enfers terriblement éprouvante.]

Ulcand et Planchapain ont ensemble le pressentiment qu’un piège fatal se referme maintenant sur eux… et que les règles de l’Univers ont soudain changé pour une version inexplicablement indédite.

L’arbre blessé pleure sa vie qui coule. La plaie béante, ouverte dans son écorce, laisse suppurer une sève trop claire et trop liquide. Une plainte bruissante et craquante s’échappe des feuillages sombres. Le sanglot du végétal est si surprenant que les hommes d’arme de Vlad reste interdit, un moment incapable de se souvenir qu’un instant plus tôt cette chose s’employait à les écraser.

Le brouillard se fait soudain plus dense, impénétrable. Une chape d’air glaciale tombe soudainement sur la petite clairière. Les respirations des soldats forment des petits nuages de condensation tandis que leurs membres s’engourdissent.

Des ombres véloces et immenses se mettent en mouvement, à la limite de leurs champs de vision. Soudain un hurlement déchire la brume, le cri d’un homme que l’on broie vif dans son armure de plaque. Puis un autre et un autre encore… fauchés à une vitesse effarante. En l’espace d’une minute, les deux ambriens sont seuls, encerclés par des adversaires gigantesques dissimulés dans une brouillasse gelée.

Planchapain est assailli par l’odeur du sang, de l’urine et de la fiente de ce qui avaient été leurs compagnons de voyage, réduits à l’état de corps pantelants et agonisants dans une souffrance terrible. Il sent surtout la fragrance forte de la sève vieille et entend le bruissement des conversations malveillantes d’une forêt d’arbres plusieurs fois millénaires qui crient vengeance pour le mal fait à leur toute jeune progéniture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sire Planchapain

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : cuisines
Date d'inscription : 01/06/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: La Marelle de Corwin   Lun 11 Juin - 21:36

Planchapain était transit d’effroi. Des morts éventrés, les intestins se balançant dans le vide, la bile jaillissant de plaie profondes, le contenu d’un estomac à peine digéré recouvrant le fil d’un sabre, ça il connaissait. Mais des arbres capables de se déplacer, de broyer des armures et des os, de mâchouiller des moignons sanguinolents et de projeter un corps démembré dans les airs… *f..tre*… Cela ne rentrait pas dans ses cordes.

Contemplant le corps d’Ulcand, il comprit que ses blessures étaient anormalement superficielles. Il lui jeta un regard interrogatif, histoire d’économiser les mots « ça va ? » et tenta de reprendre ses esprits.
Planté sur ses deux pieds, il essaya de prendre un air circonspect. Une paupière tombante et l’œil roulant, il cria de sa voix la plus colérique – comprenant que la lutte semblait vaine, c’était certainement pour se ragaillardir un peu, il ignorait si les arbres démoniaques comprenaient sa jactance :


- Foutus démons ! Dire qu’une partie de vous me sert de pied ! –et il avança sa jambe dans un geste théâtral. Est-ce une façon d’accueillir l’engeance d’Ambre et de Corwin? Vous me faites une sacrée bande de mâts de mitaine !

Il déblatérait du mieux que lui permettait sa gorge nouée. Pendant ce temps il avait prestement collé son sabre contre sa poitrine, sorti une outre de rhum d’une des poches de son surcot et mit bien en évidence son briquet. Se remplissant la bouche du liquide, il prit l'air menaçant et alluma son briquet.

- Hummummum! Hummm! Hummm!

Lança t-il aux arbres sur le ton du défi tandis qu'il s’approchait prudemment du corps d’Ulcand, prêt à le tirer par les cheveux.
Prenant un peu sur lui, il banda son esprit et tenta de déceller le pouvoir de la Marelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: La Marelle de Corwin   Mar 12 Juin - 0:44

Planchapain ne s'est jamais senti si loin de La Marelle. Elle est présente mais semble être comme tenu à distance de l'autre coté d'un gouffre.

Un arbre sauvage d'une dizaine de mètre de haut, un saule, surgit brusquement hors de la brume et tente d'écraser l'ambrien sous une racine noueuse comme un insecte irritant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sire Planchapain

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : cuisines
Date d'inscription : 01/06/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: La Marelle de Corwin   Mar 12 Juin - 1:42

La surprise le fit cracher le liquide sur la flamme. Ainsi pulvérisé, le rhum alluma la flamme sortant du briquet et projeta une longue langue de feu de deux mètres qui s’éleva en tourbillonnant vers les cieux, illuminant les alentours d’une lueur orangée.
L’arbre se recula sous l’assaut de la chaleur. Un instant tout sembla se figer. Puis les ramures se mirent à vibrer et un chant frénétique s’éleva des troncs, branches et feuilles alentour.

Bandant toute son énergie mentale il tenta de s’introduire dans le cerveau de la chose. Ce réflexe n’était pas gratuit, avant de se découvrir ambrien, il s’était maintes fois servi de cette technique pour dissuader un adversaire de le choisir comme duelliste lors d’un abordage. Il tenta d’envoyer une idée, un sentiment, une pensée, celle l’Erreur. Après tout ce n’était qu’un arbre, et l’intellect d’un arbre ne devait pas être loin de celui d’une poule… avec la mémoire tampon en moins. Il espérait ainsi semer le doute dans les idées limitées de la chose, pour soit la convaincre d’arrêter le combat, soit gagner un peu de temps. Il appuya cette tentative de mots beuglés de sa voix de stentor.

- Eyh ! Messires les arbres ! Pardonnez-nous de vous avoir fait mal ! C’est bon, on est entre gens civilisés… euh… on peut faire la paix et enterrer la h… l’épée de la guerre ! Nous sommes ambriens et souhaitons réaliser pèlerinage sur la Marelle de Corwin ! Nous sommes… pacifistes ! D’ailleurs nous… nous avons un présent pour vous !


Puis plus bas :

- Ulcand, psssst ! Debout !


Emplissant à nouveau sa bouche d’un bon volume de rhum il positionna le briquet de telle sorte à faire jaillir une seconde flamme.
Il repéra rapidement l’assemblée terrifiante qui l’entourait et trouva un mince passage sur leur gauche. Il s’apprêtait à cracher à nouveau, tapant du talon de son unique botte dans les côtes d’Ulcand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulcand

avatar

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
174/1000  (174/1000)

MessageSujet: Re: La Marelle de Corwin   Mar 12 Juin - 10:24

Ulcand rouvrit les yeux. Son dos lui faisait mal de partout, et il sentait comme une barre derrière sa tête. Une pointe de douleur se répétait sur son flanc, là où battait frénétiquement la botte de Planchapain.

*La Licorne me protège, que s'est-il passé?*

Planchapain semblait aux aguets, aussi Ulcand se redressant douloureusement sur un coude regarda dans la même direction.

*Oh non, plein d'arbres*

"On fait quoi, je prends un atout et on va voir ailleurs si les arbres y sont ou bien on reste se faire tuer sur place? A moins que tu n'aies un plan?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: La Marelle de Corwin   Mar 12 Juin - 10:50

La langue de feu craché par Planchapain repousse le saule, terrifié et furieux, dans la brume.

Jamais l'arbre ne s'est approché assez prêt pour un contact mental.

Les titanesques ombres de la forêt grondent contre l'incendiaire en bougeant rapidement. Mais les choses dans le brouillard n'attaquent pas comme elles l'ont fait pour les malheureux hommes de Vlad. Elles savent que ces adversaires ne sont pas de la même trempe, démontrant par là une certaine une certaine intelligence.

Un bref sifflement d’air… Une énorme boule de granite moussu s’écrase entre les deux ambriens, les ébranlant et projetant une grosse quantité de terre sur eux.

Plusieurs brefs sifflements d'air...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sire Planchapain

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : cuisines
Date d'inscription : 01/06/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: La Marelle de Corwin   Mar 12 Juin - 15:55

La voix douce et sucrée d’Ulcand lui redonna confiance. Il tentait de compter le nombre d’arbres présents. Quatre étaient assez proches. Le feu avait un effet certain sur les choses qui se mouvaient dans l’ombre.

Evitant un boulet de terre qui lui passa à dix centimètres du visage, il fit un roulé boulé sur deux mètres. Se rétablissant avec une souplesse stupéfiante pour un aussi grand corps, il cracha une autre langue de feu sur la créature la plus proche. Les flammes léchèrent le tronc visqueux sur lequel il lança une partie du contenu de l’outre afin de créer un braisier de courte durée –conscient que cela ne suffirait qu’à apeurer l’ennemi et non à l’enflammer.
Un sifflement s’éleva non loin. Il se précipita, sabre au clair sur un forme à sa droite. Gageant que ses sens accrus lui permettraient d’éviter le plus gros des mottes volantes, il tenta de se placer entre deux des belligérants. Le projectile fusa de son côté, Planchapain s’aplati au sol et la chose passa au dessus de lui, rebondissant une fois au sol et percutant un autre monstre en plein tronc. Un sinistre craquement s’éleva.
Saisissant une épée traînant au sol de la main droite, il la projeta de toutes ses forces sur une autre ombre –sans se soucier plus loin du résultat l’intérêt étant de faire le plus de peur et de mal possible- et tenta à nouveau d’établir un contact mental avec la créature la plus proche. La vague de colère qui le submergeait l’avait plongé dans une folie meurtrière presque incontrôlable, et il ne semblait pas, pour le moment, vouloir se servir des atouts. La bouche écumante de bave, le corps vibrant comme une lame, il semblait revivre les lointaines batailles où les boulets de canons et les vergues folles rasaient les combattants, démembrant les hommes et fauchant les vies.
C’est cette image qu’il envoyait à son attaquant –un immense chêne aux branches noueuses dont la ramure semblait secouée par la peur – celle de la violence pure et sanglante, à laquelle s’ajoutait l’odeur du sang frais et du fer mouillé qui s’élevait dans la brume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulcand

avatar

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
174/1000  (174/1000)

MessageSujet: Re: La Marelle de Corwin   Mar 12 Juin - 20:45

Encore étourdi et endolori Ulcand évitait tant bien que mal les projectiles. Il brûlait d'envie de sortir un atout, mais Planchapain semblait sûr de lui aussi décida-t-il d'attirer quelques projectiles le temps que Planchapain puiss agir.

Il regretta bientôt cette décision en esquivant d'extrême justesse un projectile puis un deuxième.

A tout hasard il décida de se tenir prêt à retirer au plus rapidement l'atout de son père de son jeu et de le contacter s'il le fallait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sire Planchapain

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : cuisines
Date d'inscription : 01/06/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: La Marelle de Corwin   Mar 12 Juin - 21:46

Planchapain ruait dans les branchages. Tentant d’attirer les tirs des monstres sur leurs propres pairs. Sautant de part en part, comme un cabri piqué au vif par un taon, il n’arrivait pas à trouver la concentration adéquate à un contact mental. Ses grandes jambes jaillissaient de son corps dans des mouvements désordonnés, sa tête rentrée dans les épaules, ses bras battant l’air. Bref faisant preuve d’autant de grace qu’un ours dansant un ballet. Cependant, trois des attaquants souffraient déjà de grave « cassures », l’un deux était simplement roussi et un autre s’était éloigné, le moignon d’une lance jaillissant du nœud (eh eh eh). Les branches se mêlaient désormais au jeu. Les attaquants devaient être à court de munitions et il arrivait à Planchapain de glisser dans l’un des cratères issu de ce retournement de sol.

Il compris vite que cette tactique ne pourrait pas durer longtemps. Les arbres avaient cessé de lancer des boulets de terre qui, pour le coup, se révélaient plus létaux pour eux-mêmes que pour leurs cibles ambriennes.

Tandis qu’Ulcand évitait lestement les projectiles, Planchapain tenta de s’approcher d’un immense résineux couvert de lichen. Il voulait à tout pris créer un contact direct. L’avantage de cet arbre était le peu de dégâts que faisaient ses branches atrophiées et souples, fouettant et griffant rudement, mais n’assommant pas.
Alors que, armé de son sabre et d’une épée, il courait vers un sapin qui pivotait rapidement sur son axe, un choc violent le déséquilibra.
Une racine l’avait saisit au cou. Elle appartenait à un boulot au tronc scintillant d’une pâleur morbide au milieu du brouillard. Cet arbre semblait plus vieux et plus aigri encore que ses semblables. Des lianes vertes et des mycoses en forme de pustules envahissaient son tronc et ses branches, créant d’illogiques coudes et angles dans sa structure. Il se dressait comme un bourreau tordu jouant aussi le rôle de guillotine.
Tentant frénétiquement de couper la racine Planchapain commençait à étouffer. Sa face était rouge et ses yeux plus exorbités que jamais. Les terribles moulinets de ses lames ne pouvaient trancher cette énorme chose de bois qui serrait et serrait encore.

Comprenant que la chance avait tourné, il abandonna son attitude défensive. Se laissant traîner sur le sol, au milieu des restes humains et des creux, comme un poids mort. Lorsqu’il acquis la certitude que le contact mental était enfin efficient, il se laissa pénétrer dans l’esprit de Sccchhlllshhh, Père des Blanchécorces.

Sombrant dans un monde immobile et calme, il eut un moment la vision d’une vallée encaissée traversée par une rivière scintillante ; de tronc dressés comme une forêt de mâts ; de tempêtes et de cieux zébrés d’éclairs. Il vit un couple s’ébattre au pied du jeune boulot, des corps flasques pendus à ses branches, la fumée, la horde quittant la vallée en une marche monotone. Il sentit la nostalgie, l’envie. Il vit la colère se métamorphoser en une hargne sans nom. Quelque part dans l’esprit de l’arbre il présuma d’une présence étrangère, vicieuse et mauvaise, qu’il ne pu saisir.

Il suffoquait. Sa tête semblait prête à éclater, mais il eut le temps d’envoyer vers la conscience végétale un frisson de peur. Sondant dans cette âme torturée, à la recherche de l’essence de la Peur, il vit un orage. Se saisissant de l’image, il l’amplifia afin qu’elle prenne toute l’attention de l’arbre meurtrier.
Une vision d’éclairs frappant des chênes par le travers et les brisant en un millier d’échardes, de l’odeur d’ozone et des cris de la Forêt traversa Planchapain et l’arbre.
La racine commença à desserrer son étreinte mortelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: La Marelle de Corwin   Mer 13 Juin - 0:45

Avec une hargne d’égorgeur, dans un assaut de légende, Planchapain a grièvement brûlé et blessé de nombreux arbres tout autour de la trouée. A grand coup de sabre, il a coupé net les branches, fait sauter les écorces, éclater les aubiers et mis à nu les coeurs de bois. Il laisse alentour d’énormes plaies dégoulinantes de sève. Les mutilés pantelants tentent de se replier et agonisent. Ils maudissent l’ambrien tandis que leurs pères et frères s’animent toujours plus nombreux d’une fureur farouche formant un raz-de-marée végétal qui gronde en se refermant sur la clairière.

Sccchhlllshhh, le père des boulots, s’est emparé du forban et resserrent ses vrilles végétales sur son cou pour le pendre haut et court. Un moment il manque de le relâcher puis resserre sa prise, rompant le contact mental.
[Remarque : lors d’un affrontement, à portée, La Force ou Le Combat l’emporte en rapidité sur le Contact Mental]

La force physique de l’arbre se fait vengeance, exerçant sur les cervicales de Planchapain une pression capable de morceler une boule de granite. L’ambrien perçoit une dernière image dans l’esprit du boulot : celle d’une conscience inédite qui unit tous les arbres de la forêt en une seule et même entité dont la Psyché, la Force, le Combat et l’Endurance le dépasse infiniment : une armée pour garder les portes d’un royaume interdit. Ses vertèbres craquent. Il perd conscience. Un aulne qui vient pour la curée lui arrache sa jambe de bois. Sccchhlllshhh abandonne le corps désarticulé sur le sol pour se retourner avec ses parents toujours plus nombreux vers Ulcand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulcand

avatar

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
174/1000  (174/1000)

MessageSujet: Re: La Marelle de Corwin   Jeu 14 Juin - 10:59

La situation devenait trop périlleuse pour Ulcand, il préféra arrêter-là.
Il sortit l'atout de son père et le contacta en se concentrant aussi intensément que possible pour accélérer l'activation.
Au bout de ce qui lui a semblé une éternité Ulcand vit l'image de son père s'animer.


"Qui?
- Ulcand. Père c'est une urgence. Tu peux me faire passer?
- Oui."

Ulcand tendit la main et son père la saisit énergiquement. Ulcand était de retour à Ambre.

La suite pour Ulcand ici.


Dernière édition par le Ven 15 Juin - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: La Marelle de Corwin   Jeu 14 Juin - 18:55

La surface de la lame de tarot devient froide sous les doigts d’Ulcand et ceux malgré ses gants blancs maculés de terre. Le corps de l’ambrien s'engourdit, sa vision se trouble… Une sensation de vertige… tandis que les perspectives se retourne comme un gant.

[Au bon vouloir d’un des maîtres du Jeu – ouvre un nouveau sujet]

Face à la charge des arbres vivants, Ulcand abandonne lâchement, sur le champ de bataille, le corps mutilé et pantelant de Planchapain qui lance un dernier regard dans sa direction avant de sombrer dans l’inconscience.

-> Prisonnier d'un marécage putride
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Marelle de Corwin   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Marelle de Corwin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La marelle de l'éternel enfant • Sean Galvin & Williams Kusano
» Voyage depuis la Marelle
» Mini Présentation : Coco Parker [Validée]
» Exposition en petit commité [Aurélia + libre]
» La Marelle et ses blessures.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les princes d'Ambre (Forum RPG) :: Archives :: Quête n°1 :: Ombres-
Sauter vers: