AccueilPortailFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Prisonnier d'un marécage putride

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Prisonnier d'un marécage putride   Ven 15 Juin - 1:39

Précédent

Planchapain reprend conscience dans un triste état. Son corps n’est qu’une plaie douloureuse. Sa vision est trouble.

Ses trois membres restants sont écartelés sur un chevalet constitué par l’enchevêtrement des racines aériennes d’un palétuvier géant plusieurs fois millénaires. Son sabre est à un mètre à peine devant lui sur un ban de sable.

Il est prisonnier au beau milieu d’un marécage putride noyé dans la brume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sire Planchapain

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : cuisines
Date d'inscription : 01/06/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: Prisonnier d'un marécage putride   Ven 15 Juin - 11:16

La situation lui rappelait la fois où, dans un bordel de Capa Cité, il s’était saoulé à mort et retrouvé enchaîné aux aiguilles de l’horloge de ville, détroussé et nu.
Sa vue était troublée et il ne parvenait pas à faire le point sur les lieux et les objets. Il lui fallait se sortir de ce traquenard. Sans bouger, il estima que les arceaux des racines étaient assez fortement serrés pour empêcher toute tentative de fuite. Cependant, il songea que le sable pouvait se modeler aisément, et qu’un long effort pouvait le libérer. Mais il ne pouvait se convaincre de bouger…
Plusieurs questions lui venaient à l’esprit : avait-il changé d’endroit? Il ne reconnaissait pas les lieux… Les palétuviers vivent dans des mangroves… La mer n’était donc pas loin… Il lui semblait que la bataille s’était déroulée sur un sol dur, non sableux et limoneux. De plus, les effluves d’eau croupie et saumâtre étaient une nouveauté. Et plus trace des corps des chevaliers…
Un palétuvier se déplace naturellement, mais jusqu’à quel point celui-ci était-il naturel ? Son instinct lui dictait la réponse… La suspicion qu’il nourrissait désormais envers tout ce qui avait racines, tronc et branches harcelait son ego de réflexion inédites. (Serait-il possible de construire un mât de bateau vivant ? Orientant la voile de son propre chef ? Un arbre pouvait-il faire le ménage ? Se reproduisaient-ils à la façon des humains ? – et cette dernière réflexion lui arracha une horrible et douloureuse grimace.)
Enfin, la plus horrible de toutes les interrogations était : si on l’avait volontairement emprisonné, et non simplement achevé…pourquoi ? Quel sort lui réservait-on ?


*bon, si ce grand couillon à fourches est vivant, il doit y avoir un moyen d’échapper à sa surveillance… Faisons le mort… D’abord, reconnaître l’environnement, ensuite on va voir un peu si cette réserve de bois chauffage au QI de limande est habitée par une grande volonté… Hum…quelles séquelles sont les miennes ? Bras droit…aïe… bon…bras gauche…ouille…m..de…*

Lorsqu’il tenta discrètement de relever la tête, la douleur l’assomma presque.

Il était sceptique. Mais, prenant sur lui, il fit le vide dans son esprit et ouvrit ses sens de l’ouie, de l’odorat et du touché –car ses yeux étaient encore embrumés [sens accrus, hé hé hé]. Il allait tenter de sonder les lieux, silencieusement. (Ensuite, il irait faire un tour discret dans l’esprit du palétuvier.)


[Planchapain tente de déceler une présence vivante proche – des arbres doués de raison par exemple ou une aide possible -, un bruit de vague, une odeur de cadavre – afin de savoir s’il a été transporté – et toute information lui permettant de tirer des conclusions géographiques utiles pour comprendre sa situation et anticiper la fuite…]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Prisonnier d'un marécage putride   Ven 15 Juin - 19:15

L’odeur acre de la matière organique en décomposition incomplète remonte au cerveau de Planchapain comme la fragrance salée de ces écoeurantes prostituées de l’île du serpent. Sa vision s’éclaircit sans devenir parfaite, le sang collé lui fermant presque un œil. Le silence apparent n’est qu’une illusion : ça craque, ça gratte, ça fourmille, ça grignotte, ça glougloute, ça pourrit, ça suce, ça rampe, ça pousse… en une explosion permanente de la vie et de la mort, baisant comme deux amants.

L’esprit embrumé de l’ambrien est sur le point de renoncer à en apprendre plus, frôlant le delirium hyperesthésique qui n’arrangerait pas sa migraine effroyable, quant une tendre fragrance fabuleusement pygocole vient lui caresser les naseaux dans le sens du poil. A la limite de son champ de vision, sur la gauche, l’origine de ce parfum capiteux qui modifie sensiblement l’atmosphère du marais, une toute jeune femme, se tient, assise, au milieu d’un lit d’hépatiques moelleux, dans le plus simple appareil et sur le plus joli séant qui soit. Elle est de trois-quarts, appuyés négligemment sur un bras, des jambes de rêve gentiment repliées derrière elle, dissimulant avec une adresse parfaite l’essentiel tout en soulignant de ses belles courbes pleines ces endroits interdits. Sa peau claire respire la santé d’une nature sauvage, vivante et sensuelle, appelant les caresses comme ces formes galbées suggèrent des étreintes viriles. Ses cheveux, lisses comme une eau dormante, tombent, à la manière d’une magnifique cascade de jais, sur son épaule parfaitement dessinée. Son visage affiche des traits tout en douceur, un sourire d’une beauté radieuse et des yeux d’un bleu sombre magnifique qui jette sur Planchapain un regard amusé.
D’une voie chantante, elle demande gentiment :
    - Qu’offre tu pour ta vie, homme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulcand

avatar

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
174/1000  (174/1000)

MessageSujet: Re: Prisonnier d'un marécage putride   Ven 15 Juin - 20:53

Planchapain ressentit tout d'un coup une tentative de contact psychique. Sans aucune connaissance en atout tout ce qu'il sait c'est qu'il peut accepter ce contact en s'ouvrant ou au contraire le refuser en se concentrant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sire Planchapain

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : cuisines
Date d'inscription : 01/06/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: Prisonnier d'un marécage putride   Ven 15 Juin - 23:53

Planchapain cru d’abord à un rêve. Une altération des sens ou un simple fantasme enfoui qui prenant tout à coup vie. Ayant retrouvé la sensation de la plupart de ses membres, il observa longuement la jeune femme. Diantre !

- Femme… Qu’offrais-je pour ma vie ?... Ma foi, si tu n’es pas un mirage, si le sentiment esthétique qui me transi actuellement n’est pas du à ma folie profonde ; si tu n’es pas une de ces bougresses de sirènes qui attirent les marins par la beauté et les noient sans aucune nécessité… si tu n’es pas le plus beau rêve que j’ai fait de ma vie… si tu es réelle, alors je peux mourir l’âme en paix. Car je contemple aujourd’hui l’objet du désir de tout homme et la vie, après cette divine vision, serait teintée d’un verni délétère...


Il toussa, du sable avait empli ses poumons. Reprenant sa respiration, il sentit l’effleurement d’Ulcand et l’espoir l’habita à nouveau.

- Ma Dame, je serais incapable d’offrir des trucs sans intérêt – comme mon âme ou ma liberté – à une personne qui est déjà dotée de dons bien supérieurs. J’ai cependant beaucoup voyagé, et souhaites voyager encore, je veux voir les rivages de toutes les mers et les endroits les plus extraordinaires… Je veux vivre – si j’ai bien compris l’alternative que tu me proposes… Mais comment pourrais-je deviner LA chose qui comblerait une créature déjà nantie de tous les dons possibles par la nature et les dieux ?
Aiguilles-moi, je t’en pris, sur ce qui te rendrait service, et je me proposerai pour jouer le rôle qui me sera imparti…


Reprenant son souffle, et faisant mine de succomber à une fatigue passagère, il ferma les yeux, s’excusa, et tenta d’éclaircir la relation avec Ulcand. Ne voulant pas prendre le risque de dévoiler le contact avec Ulcand, il décida de rester muet... pour l'instant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Prisonnier d'un marécage putride   Sam 16 Juin - 3:27

La jeune femme sourit et c'est comme une nouvelle aube sur le jardin d'Eden. Elle jette à Planchapin un craquant regard par en dessous.
Elle parle doucement d'une voix étonnante de maturité.
    - Nous sommes une armée et nous manquons de généraux. Vendez vous à nous jeune prince ou mourrez.

Pour appuyer ses dire, le palétuvier écartèle un peu plus Planchapain. L'une des épaule de l'ambrien sort douloureusment de son logement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sire Planchapain

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : cuisines
Date d'inscription : 01/06/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: Prisonnier d'un marécage putride   Sam 16 Juin - 3:40

Son épaule craqua, provoquant une ignoble grimace. Il voulait cependant qu'Ulcand puisse entendre la conversation, il en tirerait peut-être des conséquences...là où il était. Il s'exprima donc pour les deux personnes, tout en regardant fixement la femme :

- Non d’une proue mycosée ! Cessez cela ! Mon pauvre corps a assez souffert ces derniers temps et si vous continuez ce n’est plus un honnête gentilhomme que vous aurez devant vous, mais un hématome gémissant.

L’étreinte se desserra un peu, ajoutant à la douleur.

- Général de votre armée, femme? Après tout... pourquoi pas... J’ai maintes fois commandé des troupes armées et suis rôdé aux choses de la guerre. Reste à savoir combien de temps mon aide vous sera nécessaire. Ensuite, peut-être daignerez-vous me libérer de cette… chose… et peut-être me proposer civilement quelque noix de coco à user de mes dents… Je crois que j'ai aussi besoin de l'aide d'un médecin...

Tout en s’exprimant, il songeait :

*dans quoi tu vas encore te fourrer vieux loup de mer. Reste prudent...Imagine ! Si cette armée est uniquement composée de femmes !*

Cette idée mêla l’effroi le plus glacial à l’enthousiasme le plus excitant.



Les arceaux du palétuvier se desserrèrent un peu, assez pour qu'il puisse ressentir l'état désastreux dans lequel il se trouvait. Il avait toujours guéri vite, mais là il était bien atteint. Heureusement, son optimisme naturel -dû à une philosophie optimiste et une vision de la vie à court terme- reprenait vite le dessus. N'avait-il pas survécu jusqu'à présent?[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Prisonnier d'un marécage putride   Sam 16 Juin - 19:54

La jeune femme se tourne d’un geste gracieux, pour faire face à Planchapain, ramenant ses genoux devant elle pour dissimuler habilement son sexe. Sa chevelure de jais tombe sur une poitrine orgueilleuse aux proportions parfaites qui se dresse fièrement. Cette créature est bien trop belle pour être vrai. Elle s’agenouille puis se lève avec aisance, se mettant astucieusement de profil pour souligner le galbe harmonieux de ses cuisses. Elle marche doucement vers son prisonnier, baissant les yeux, les bras le long du corps, croisant gracieusement les jambes avec un balancement des hanches hypnotisant, jusqu’à venir se placer tout à coté de Planchapain. Le treillis de racines échasses qui écartèle l’homme par les bras, le pousse soudain dans le dos, en avant et vers le bas, jusqu’à mettre sa tête à la hauteur de celle de la jeune femme, à quelques centimètres de sa peau laiteuse comme un terrible festin de Tantale. Planchapain est assailli tout une gamme de chaudes fragrances érotiques qui lui font tourner le sang. La femme lève ses yeux bleus sombres : l’ambrien en oubli le corps de la jeune femme pour se plonger, corps et âme, dans les abysses de ce regard ineffable. Elle parle et son haleine douce caresse le visage du prisonnier comme une douce brise au fond des bois :
    - Je t’offre une vie. Tu m’offres une vie.

Elle sourit avec un petit air mutin avant d’ajouter :
    - Si tu me dis oui, tu te lies à moi pour toujours. Je ne te laisserai pas partir.

La créature s’approche encore un peu plus près, menaçant de frôler Planchapain :
    - Je viens chercher ta réponse. Je sais que tu peux me résister. Fais le et je te tue.

Elle embrasse l’ambrien avec la fougue d’une jeune amoureuse aux premiers jours d’une idylle naissante. Une décharge sensuelle inonde le cerveau de Planchapain et courre furieusement le long de son échine pour allumer un feu doux et impétueux dans le bas ventre du marin. Un contact mental des plus agréables se crée qui relie pour la deuxième fois Planchapain à la forêt.

[Avec sa psyché classé, Planchapain peut résister au viol de ses pensées. S’il y renonce, il te faudra me dire sincèrement si il accepte le pacte ou non.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sire Planchapain

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : cuisines
Date d'inscription : 01/06/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: Prisonnier d'un marécage putride   Mar 19 Juin - 2:03

[HRP: Planchapain ne résiste pas.]

Elle n’a pas de nom.
Ils marchent tous les deux au sein d’un bois où les rayons tombent obliquement des vastes frondaisons comme des lances. Un moment il oubli sa douleur et son âme s’emplie de bien être. Comment aurait-il pu résister ? Une nana divine lui roule une galoche d’enfer !
Ils marchent côte à côte. Lorsqu’elle se déplace l’herbe meurt sous ses pas. Les arbres ne bougent pas, et pourtant il sent leur vie. Devant eux une clairière apparaît, à son centre un étang couronné d’ajoncs et de lys.
Elle pénètre plus loin encore dans l’esprit du pirate.
Il s’arrêtent et regarde le silence, hument ensemble l’intensité d’un moment, et l’herbe se balance au grès d’un temps figé.
Elle est venue chercher une réponse.
Elle trouve ses souvenirs. Les années passées sur l’océan, les pillages, les viols. La fuite avec un butin, l’assassinat de ses complices, la maison qui brûle. Des cris d’enfant... Ambre et ses levés de soleil qui dessinent le monde. Son bateau caché sous des branchages, mouillant dans une crique tranquille.


- Que cherchez-vous de plus ? Ceci m’appartiens…

Elle ne répond pas.
La voix de Planchapain résonne intérieurement.


- Ma Dame, je ne puis accepter un contrat qui lie ma vie à celle d’un autre. J’ai connu l’Union la plus pure qui soit, et le Destin voulu qu’elle ne puisse se développer. Je ne donne pas ma vie, ni mon âme, ni mes sentiments. C’est le lot et le devoir de tout homme libre. Une dernière fois : je puis m’engager tout entier dans une aventure, si la Fin ne dépend que de moi, ou de la grande Traînée Arracheuse d’Ames. J’ai accepté de vous servir. Faisons cela comme il faut, comme dans les livres et les légendes : pour la fortune, la gloire, la passion, ou une Bonne et Noble Cause… Ma Dame, ce marché est autrement contre toutes mes convictions, et mes convictions sont la seule chose qu’il me reste…

Pourtant, dans cette forêt de pensées et de sentiments, quelle fut naturelle ou artificielle, Planchapain a un instant contemplé la Beauté du monde. Mais il n’est pas fait de la même argile que ceux qui se contentent, ceux qui ressentent dans l’immuable et le confort l’effort de leur existence. Et même si cette femme avivait en ce moment précis une flamme depuis longtemps étouffée, un bateau sans port vaut mieux qu’une épave déserte.

- Désolé, Ma Dame… Et si vous devez recevoir ombrage de ma décision, et prendre ma vie... et bien faites-donc, Princesse, car je suis moi-même Prince désormais.

Et il est, à ce moment précis, sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Prisonnier d'un marécage putride   Mar 19 Juin - 13:55

Le contact mental entre les deux êtres est agité d’une intensité sexuelle puissante engendrée par la jeune femme qui tourne la tête de Planchapain et déclanche des tempêtes sur son esprit dans lesquels il a envie de se noyer.

Il connaît cette sensation : c’est celle que l’on ressent à l’écoute du chant des sirènes du Poteau Noir. Mais jamais il ne lui serait venu l’idée d’ouvrir les portes de ses pensées à ces créatures de cauchemar.

Son cœur bat la chamade. Il tombe irrésistiblement amoureux de la chose comme un gamin à la période des premiers émois. Ses hormones le saoulent comme le premier verre de rhum du nouveau mousse. Il est tenté de s’abandonner corps et âme.

L’ambrien ne fait qu’effleurer l’esprit de la jeune femme qui interdit farouchement les murailles de son intimité avec la fraîcheur d’une vierge qui défend sa fleur et la force d’un arbre millénaire dont les racines s’enfoncent profondément.
La jeune dryade, n’est qu’un medium d’une entité écosystèmique plus vaste que Planchapain a déjà frôler lorsqu’il affrontait les arbres dans la clairière avec Ulcand. La forêt dont elle est la représentante physique possède une réalité édifiante et inédite qui lui donne une puissance qui menace de faire chavirer la raison de l’ambrien. Quelque chose d’original la transcende et la soutient.

Il n’y aura pas de compromis. Planchapain doit céder ou mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sire Planchapain

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : cuisines
Date d'inscription : 01/06/2007

Feuille de personnage
Royaume: Ambre
Nombre de points:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: Prisonnier d'un marécage putride   Mar 19 Juin - 16:12

Tout à coup, quelque part en lui quelque chose craqua. Il entrevit un moment l’union des éléments de la forêt, son union avec Elle. L’alarme qui hurlait en lui depuis le début s’était noyée dans cette mer de sensations. La Mer… un instant il l’oublia. Elle n’atit plus qu’une étendue lointaine. Et elle disparu.

Il leva une tête feuillue vers la femme, ses cernes étaient de bois, ses muscles des troncs noueux, ses cheveux un imbroglio anarchique de branches bruissantes.


- D’accord, Ma Dame, d’accord… J’accepte de te servir…toi et uniquement Toi…jusqu’à l’extinction de mon âme…


Et le décor le quitta comme une feuille de papier que l’on froisse. Seul à nouveau, son corps hurlant sous une douleur torrentielle, il tomba dans une profonde inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jurt

avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 11/01/2007

Feuille de personnage
Royaume: Chaos
Nombre de points:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Prisonnier d'un marécage putride   Mer 20 Juin - 20:02

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prisonnier d'un marécage putride   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prisonnier d'un marécage putride
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un étrange marécage : Qu'allons nous y découvrir ?[FlashBack Berenice, Tatsou, Phoebe Bellamind, MS]
» [MISSION]Promenons-nous dans... Les marécages! Super![PV: Akito, Makoto et Ultia]
» [WIP] Table de jeu "frontière Mordor/Gondor"
» LES MARAIS D'OKEFENOKEE
» Transformation (solo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les princes d'Ambre (Forum RPG) :: Archives :: Quête n°1 :: Ombres-
Sauter vers: