AccueilPortailFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 faits divers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
éole



Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 19/05/2008

MessageSujet: faits divers   Jeu 12 Juin - 3:02

Au bout de cinq minutes le miaulement rauque du chat des Wilburn réveilla Anne-lise.
Ce foutu animal se mettait systématiquement sous sa fenêtre lorsqu'elle avait un concert le lendemain et la chaleur des nuits d'août l'avait poussée à la laisser ouverte. Elle s'assit au bord de son lit en soupirant et alluma sa lampe de chevet, projetant ainsi son ombre sur les murs blancs de son appartement moderne.
"MaouMiaaaaâââââouw".
"MaoMaâââââââaaaaaaou".


En ouvrant enfin ses deux yeux en même temps, elle se leva tant bien que mal et se dirigea mécaniquement vers la cuisine pour chercher un verre d'eau à jetter sur le maudit félin.

"Maaaaaaouuuu".

Elle revint à la fenêtre et chercha sa cible des yeux...

"Plouch"
"ffft fffft"

Dans le mille.
Elle posa lassement son verre vide et regagna son lit.
Soudain elle se figea et ses yeux s'ouvrirent un peu plus grand.

"MIAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAOU!"

Elle se retourna lentement vers la fenêtre alors que son cerveau tentait désespérément de trouver une explication au son qu'elle venait d'entendre.

"MORRROOOAAAAAOU"

Anne-lise n'eut pas le courage de revenir à la cuisine; elle prit un cendrier dont elle ne se servait plus et se dirigea prudemment vers la fenêtre dont les rideaux se balançaient vers l'extérieur .

Le miaulement se transformait progressivement en un grognement humide et on entendait des craquements sourds.
"MRGLRLGLAAARGL"

Inquiète, elle se pencha à la fenêtre prête à jeter son arme.
Tout ce que le voisin put témoigner, c'est qu'une grosse ombre se détendit promptement vers la fenêtre, qu'un claquement résonna et qu'Anne-lise tomba à la renverse en hurlant à casser sa voix.

rien ne pourrait lui redonner sa vie d'antan.
On amputa le reste de son bras et son homoplate .
Elle allait avoir beaucoup de mal à trouver son type d'homme et à continuer son métier de sax soliste; mais le pire est que l'histoire qu'elle racontait invariablement la fit finir à l'hôpital psychiatrique.

La police ne trouva sur place que des bouts de peau de mue sûrement laissé par le serpent tropical qui s'était échappé du vivarium de chez le voisin d'en face

C'était un fait divers qui aurait pu être annodin si il était resté isolé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
éole



Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 19/05/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Ven 13 Juin - 1:18

Jeff Bright sortit de cours , le sac sur l'épaule, un roman de SF dans la main et le regard bas.
Il se fit bousculer par Ted, le capitaine de l'équipe de foot du campus.

"Alors taré, tu vas voir tes pots tarés?"

L'insulte, bien que relativement mauvaise fit rire toute la suite de Ted , comme à chaques fois qu'il ouvrait sa boîte à injure.

"Tu sais ce que tu devrais faire? Tu devrais t'excuser de m'avoir bousculé parce que si tu n'as rien de mieux à faire que de te branler sur tes livres à la con , nous on a des choses importantes à faire."

Pour illustrer ses dires, il prit le livre des mains de Jeff et lui lança au visage
Ted parcouru les regards des badauds d'un air satisfait et se campa face à Jeff en attendant sa réponse.

Jeff gardait son regard bas. Il hésita quelques secondes et laissa couler un:

"scuse moi Ted, j'ai pas fais exprès."

"Allez, dégage taré"

Ca faisait 3 ans que Ted lui pourrissait la vie.
Tous les jours, il lui rappelait qu'il ne faisait pas partit de la jeunesse dorée Américaine.C'en était au point que lorsque son réveil sonnait, Jeff pensait à sa rencontre quotidienne avec Ted. Parfois il s'en sortait humilié, parfois avec le nez en sang.
Mais il lui en fallait plus; dans 3 mois il aurait son diplôme et partirait loin.

Il descendit du bus et sortit ses clefs pour ouvrir la porte de sa maison. Ses parents étaient partis pour la semaine; au moins il n'aurait pas à supporter l'enguelade de 20h30.
Ted fonça dans sa chambre tapissée de posters sataniques, jeta son sac sur le lit et alluma sa chaîne. Le chanteur se mit à éructer dans les baffles sur un accompagnement ravageur de double pédale et de guitare polysaturée ; à la puissance maximum. Les vitres en tremblaient.

Après avoir secoué la tête en imitant le guitariste et tiré la langue deux trois fois, il se calma et , terrifié, il se rendit compte qu'un borgne fumait une cigarette sur son lit en feuilletant son livre d'histoire.
Alors qu'il se précipitait vers la porte pour s'enfuir, le borgne mit un coup de pied dans l'étagère à côté de lui qui vola littéralement pour s'incruster dans la porte.
Ensuite seulement, il leva son oeil du bouquin en haussant le sourcil pour ne pas se fumer dans l'oeil.

"Le créationisme... intéressant comme théorie."

il se leva, écrasa son mégot sur la moquette et, se rapprocha de l'adolescent qui était pétrifié comme une proie face à son prédateur.
Le borgne passa lentement le bras autour du coup de Ted et serra sa tête sous son aisselle.
Ted se mit à geindre d'un débit saccadé:

"Me faites pas de mal monsieur je ne vous ai jam..."

Le borgne l'interrompit d'une bonne claque, puis une autre suivit, et d'autres encore.

"Ta gueule"

Ted, sentant qu'il était à la merci de quelqu'un de dangereux, fit sur lui et se mit à pleurer. Les claques reprirent jusqu'à ce que le gamin soit résigné à son sort.
Le calme étant de retour, le borgne lui caressa les cheveux un moment

"Bon garçon."

Puis, en serrant toujours la tête de Ted, il fit le tour de la chambre en observant les murs. Enfin, il tendit l'index vers les posters et dit en sourillant:

"On ne t'as jamais dit que les pentacles étaient une sorte d'invitation?"

Il lâcha prise et se mit face à lui.

"Toc toc Ted?"
"Mais qui êtes vous?"

Le Borgne arbora un rictus terrifiant et son oeil brilla lorsque son corps commença à changer de forme en émettant des craquements lugubres...

Le lendemain, Ted s'était rasé la tête . Il descendit du bus avec un air décidé en emportant avec lui gros sac de sport et se dirigea vers le campus.
Les autorités confirmèrent le lendemain que d'après le rayon de la terrible explosion, il devait s'agir d'une très grande quantité d'explosif militaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
éole



Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 19/05/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Ven 13 Juin - 5:41

Le diablotin d'éole débarqua en renversant un château de carte qu'éole faisait pour tuer le temps. il déversa une encyclopédie d'injure en courant en rond pour , semble-t-il, se débarrasser d'un dentier qui mordait sa main droite.

"foutre d'âne éole j'était en train de tabasser une vieille tranquille, et alors j'ai voulu prendre sa langue, comme ça, pour faire un noeud , tu vois? Et là, la mégère m'a mordue si fort que le dentier est resté planté sur ma main alors, tu vois, je peux pas l'enlever . Bwâââââ. " il tendait sa main en agitant désespérément les doigts , l'air impuissant.

Fiacre, le regard dans le vague, n'avait pas tiqué; il rassembla les cartes et les rangea en paquet.

"Utilise ton autre main, Fiacre."
"Mon autre... Ha ouais! Merci maîîître, vous êtes trop fort"

Avec sa main prisonière, Fiacre se prit la main gauche et tira si fort qu'il se disloqua l'épaule; ensuite, grâce à de savantes contorsions, il se servit des doigts de la main gauche pour faire lâcher prise au dentier de grand-mère.

"Dis moi éole, tu as l'air bien passif pour quelqu'un qui veut prendre le contrôle d'une Ombre."

éole était repartit dans son château.

"Si ce que le vieux m'a dit est vrai, les serviteurs que j'ai invoqué le font pour moi nabot. Parce que si pour toi faire le chaos c'est ravager les hospices, moi, j'essaye de me concentrer pour que mes sbires finissent leurs tâches."

Fiacre haussa les sourcils et sa barbichette frémit:
"hoooo tu te concentre..."
Il s'approcha d'éole et lui tira frénétiquement la manche.
"Héééé, Héééééé, éooooooole, hééééé dis! Tu as obté pour quel plan? Président? L'argent? Empereur? Un Armagédon? "
En prononçant ce dernier mot, les yeux du nabot s'emplirent d'une buée respectueuse et envieuse.

éole sourit et répondit:
"tu le sauras bien assez tôt"

"Bon j'm'ennuye, c'est mort ici j'vais braquer une superette !"
"N'oublie pas les caméras de surveillances"
"t'as raison"
Fiacre sortit un mirroir de derrière son dos, se lécha la main, la passa dans l'ébauche de chevelure qu'il possédait, fit quelques mimiques démoniaque à faire pâlir Charles Brownson et claqua la porte en coup de vent.
éole rassembla les cartes, les rangea en paquet et gromela:
"vas-y bite-à-genoux, va planter des clous!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
éole



Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 19/05/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Lun 16 Juin - 21:50

éole fit le vide en se remémorant son passage du Logrus.
Il affichait un sourire serein en cherchant à se souvenir de la sensation de l'énergie à l'état brut.
Soudain son expression se crispa et son visage fut parcouru de tics.
Ca y est, il le sentait.
Il ouvrit les yeux et vit la représentation du Logrus qui semblait muter doucement devant lui.
Il plongea ses mains dans la masse informe et sembla chercher quelque chose; comme quelqu'un cherche ses clefs dans un sac sans fond.
Enfin , son visage s'illumina et il retira du Logrus un simple bout de papier.
Il le lut à voix haute:
"may god saves us"
il alla ensuite jusqu'au placard et l'ouvrit en montrant le papier.

"Désolé Fiacre mais j'avais besoin de calme."

"Ben t'aurais pu au moins mettre des scorpions avec moi qu'on s'amuse."

"regarde, tu parlais d'Armagedon... j'ai là le code de l'arsenal nucléaire des états unis.
Un de mes sbires est allé interroger un hackeur qui nous a informé de la procédure à suivre pour lancer l'arsenal juste avant de mourir d'indigestion de plomb. La semaine prochaine, quand nos hommes seront en place, je lancerais une ère chaotique qui devrait retentir dans une infinité d'ombre autour de la Terre.
Que veux tu... A force de pantoufler ici, les Ambriens ont rendu cette ombre presque aussi réelle que s'il y avait une Marelle."


Le visage de Fiacre s'empourpra:
"Kill Kill Destroy"

"Bon je vais invoquer les serviteurs du chaos sous leurs formes encapuchonnée pour qu'ils distribuent notre nouvelle drogue"

Il montra brièvement le fond de l'entrepot où étaient empilés des paquets colorés portant la mention
"Evil trip"

"Je peux goûter?"

" si tu veux mais tu dois savoir que la première prise est gratuite et extrêmement adictive. La seconde dose est donnée en échange de la tête d'un flic en bon état; j'insiste sur ce détail car je sais que tu as tendance à t'exiter pour un rien mais on doit pouvoir reconnaître la tête sur la photo de la carte de police."

Fiacre parut déçu.

"Bon ben en attendant que ça pète je vais faire le plein de la caisse; dis éole, t'as du feu?"
" t'en as pas besoin, tu pètes déjà le feu"
"Ha oui c'est vrai"
Il ponctua sa phrase par une flatulence fumante.
"Ca va chier!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
éole



Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 19/05/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Mar 17 Juin - 17:58

Bud Richard ne s'était pas complètement remit de son rhume mais son arrêt maladie finissait la veille. Il se moucha bruyamment et termina son café.
Il attacha son holster à la ceinture, chercha un moment son portefeuille, mit son képi et sortit de son appartement pour se rendre au central et recevoir les rondes de la semaine.

Il entra dans sa voiture en plissant le nez et mit le contact. La voiture crachota quelques minutes et démarra péniblement au moment où Bud n'y croyait plus.

Les rues étaient toujours calme à 5 heures du matin. Il alluma la radio et tomba sur les dernières mesures de "viva las vegas" des "deads kennedys". Ce fut ensuite le flash de 5 heures.
"Nous vous rappelons le titre:
Pour des raisons encore inexplicable, dans la ville de New York, une dizaines de voitures des forces de l'ordre ont été victimes d'agressions caractérisées. Il semble que ce ne soit pas un phénomène isolé car les maison de presse de toutes les villes de l'état ont relayés la même information.
Sommes nous attaqués par des terroristes? Ce phénomène se poursuivra t'il aujourd'hui? Nous y répondrons lors d'un flash spécial dans une demi heure avec la présence du chef de la police et du psychologue..."


Alors que Bud, abassourdi par les nouvelles, cherchait une autre radio pour trouver plus de détails , une ombre furtive passa devant le capot et fit faire une embardée à la voiture en passant sous ses pneus.
Bud serrait son volant en imaginant une petite fille qui aurait traversé devant lui.
Il mit les girophares et il sortit de sa voiture en tremblotant.
Il fit le tour de la caisse et aperçu, presque soulagé le corps d'un adulte allongé dont les loques faisait penser à celles d'un sans logis.
Il fonça à sa radio:
"Central..., allo central, ici zebra 3; putain y a un mec qui vient de se jeter sous mes roues envoyez une ambulance."
Il entendit alors le réceptioniste.
"Bud; qu'est ce que tu fous. T'écoute pas les infos? C'est la jungle ici. Les 20 patrouilles du district ne répondent plus. Ils ont tous eu une histoire similaire, Bud .
Ils y sont tous passés. Bud, Bud tu m'entends?"

"Heu oui je suis..."
"METS LES VOILES BUD DIRECTION QG".
Bud entendit un bruit derrière lui qui lui fit lâcher la radio et se retourner arme au poing.

L'homme qu'il avait écrasé s'était relevé et, malgré de multiples fractures ouvertes, titubait lentement vers lui en se servant tant bien que mal de sa jambe en bouillie en fixant Bud de ses yeux fou
"Monsieur. Je suis de la police; je vous somme de rester où vous êtes."
L'homme fit fonctionner la demi mâchoire qu'il lui restait pour articuler
"Calmos la belette, je veux juste ta tête" puis il sortit un cran d'arrêt.
"A genoux les mains sur la tête"
Comme l'homme continuait d'avancer l'air menaçant, Bud tira en l'air.
Puis dans la jambe valide de l'homme. Ce qui n'eut pour effet que de le ralentir un peu.
Alors qu'il se rapprochait de la distance critique, l'homme ébaucha un coup de canif.
Bud lui mit deux balles dans le buffet.
L'homme tomba à genoux sous les déflagration et resta là quelques instants comme fatigué. soudain, il se propulsa vers Bud et lui entailla la cuisse.
Bud lui vida son arme dessus en autant de flashs mortels que de balles restantes.

L'homme semblait agonisant. Il rit en crachant du sang et dit:
"je suis victime de brutalité policière; je me plaindrais"
Puis il se mit à ramper vers son canif.
Bud, terrorisé, sauta dans sa voiture et mit le contact. La voiture crachota .
Il entendit un ricanement derrière lui et vu dans son rétro deux hommes sur la banquette arrière. Leurs yeux étaient injectés de sang.
L'homme qui tenait une machette lui dit:
"Tu veux ptet qu'on pousse?"
Alors que le temps semblait suspendu, la radio se fit entendre:
"Qg à zebra 3 répondez!... Qg à Zébra 3... BUD! répond"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: faits divers   

Revenir en haut Aller en bas
 
faits divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les faits divers d'une âme vengeresse
» Faits divers de la semaine
» Fait-Divers - Agression à la Ferme Isolée
» Que se passe-t-il cité Curial?
» Petits faits divers de campagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les princes d'Ambre (Forum RPG) :: Les Ombres :: Ombres de la Marelle :: Ombre terre-
Sauter vers: